Le marché immobilier neuf de plus en plus déprimé

le
5

Les mises en chantier de logements neufs ont dégringolé de 9,2% entre novembre 2013 et janvier 2014 et les octrois de permis de construire de 18%! L'objectif de construire 500.000 logements par an paraît de plus en plus inatteignable.

On construit de moins de moins de logements en France. Après de nombreux mois particulièrement difficiles, la baisse des mises en chantier de logements neufs s'est encore accélérée. Entre novembre 2013 et janvier 2014, les mises en chantier ont ainsi reculé de 9,2% sur un an, à 85.062 unités, selon le ministère du Logement. Entre février 2013 et janvier 2014, le nombre de mises en chantier n'a baissé que de 2,4% avec 331.303 logements, soit tout de même l'un des plus bas niveaux depuis 10 ans.

L'avenir s'annonce encore plus morose. Les octrois de permis de construire, qui mesurent les futures mises en chantier, ont décroché de 18% entre novembre 2013 et janvier 2014! La chute concerne surtout les maisons individuelles (-33% à -35%) et dans une moindre mesure les logements collectifs (-19,6%, à 86.629 unités). Les permis de construire de logements en résidences (seniors, étudiantes) redressent en revanche la tête (+6,8%). Sur douze mois, la tendance reste très déprimée: entre février 2013 et janvier 2014, le nombre total de permis de construire a plongé de 15,2%! N'anticipant pas de jours meilleurs, les promoteurs préfèrent semble-t-il freiner le lancements de programmes.

Presque toutes les régions sont touchées

Presque toutes les régions sont touchées par cette nouvelle dégradation du marché immobilier neuf. Sur les douze derniers mois, les mises en chantier ont ainsi plongé dans 16 régions métropolitaines sur 22, avec des reculs de 21,8% en Alsace, 25% en Corse, ou encore 20,5% en Midi-Pyrénées. Parmi les rares zones où la construction reste bien orientée, l'Aquitaine se détache nettement (+39%), tout comme l'Outremer, en hausse de 21,4%. L'Ile-de-France, en déficit notoire de logements, parvient quant à elle tout juste à se stabiliser (-0,1%).

L'année en cours pourrait donc être encore plus mauvaise que 2013. Les professionnels ne sont d'ailleurs guère optimistes. Mi-février, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers, François Payelle, avait même dit s'attendre à une «année noire» en 2014. L'immobilier neuf devrait en effet rester plombé par une conjonction de facteurs nettement défavorables, à commencer par la montée du chômage et l'atonie de l'économie française, couplées à des prix élevés. L'objectif que s'est fixé le gouvernement de construire 500.000 logements en France par an paraît de plus en plus inatteignable!

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA le mercredi 26 fév 2014 à 11:34

    Vive le redressement avec Duflop, Montebourde, Zayrault ! le présidence de l'enfumeur est une réussite !

  • ttini le mercredi 26 fév 2014 à 10:15

    Duflot a été testeuse médicaments. Ceci explique peut être cela.

  • sarestal le mardi 25 fév 2014 à 21:10

    Merci Duflot.Quand on est pas professionnel et de surcroît inefficace, on change de métier.ça devrait être vrai pour les politiciens mais la soupe est tellement bonne!

  • remimar3 le mardi 25 fév 2014 à 20:53

    Depuis que l'état a arrêté de subventionner l'immobilier neuf à coup de réduction d'impôts, le marché s'est replié. Quoi de plus normal. Il faut que le profession revoie son business model pour enfin répondre à la demande des français : leur fournir des logements neufs à des prix abordables. Au passage, pour la commercialisation des biens, il faut supprimer tous les intermédiaires inutiles qui se sucrent au passage sur le dos des acheteurs.

  • cahuzac2 le mardi 25 fév 2014 à 19:27

    un grand bravo a notre ministre du delogement et de la deconstruction.