Le marché français de l'énergie reste trop fermé

le
0
En visite à Paris, le commissaire européen à l'Énergie, Günther Oettinger, a critiqué le manque d'ouverture du marché français aux entreprises étrangères.

Le commissaire européen chargé de l'Énergie, Günther Oettinger, qui rencontrait lundi matin la ministre de l'Écologie, Delphine Batho, pour la première fois, s'est une nouvelle fois inquiété des «marchés nationaux (de l'énergie) trop fermés». Et n'a pas hésité à mentionner l'Hexagone parmi les mauvais élèves de la concurrence prônée par Bruxelles. «Nous espérons que la France sera aussi ouverte que d'autres», a-t-il déclaré à des journalistes. Le représentant de la Commission déplore qu'en France, «99% des capacités de production» sont détenues par EDF, GDF Suez et, «pour une part marginale», l'allemand E.ON.

Si le bras de fer entre Bruxelles et Paris autour de l'ouverture du marché de l'énergie n'est pas nouveau, Günther Oettinger attend dans «les deux trois mois», une avancée de la France sur l'ouverture à la concurrence de l'hydroélectricité. Paris a engagé il y a quatre ans le processus de renouvellement de concessions hydrauliques dans p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant