Le marché entrevoit une restructuration de la dette du Portugal

le
0
LE MARCHÉ ENTREVOIT UNE RESTRUCTURATION DE LA DETTE DU PORTUGAL
LE MARCHÉ ENTREVOIT UNE RESTRUCTURATION DE LA DETTE DU PORTUGAL

LONDRES (Reuters) - Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à penser que le Portugal risque de devoir à l'avenir restructurer sa dette, la crise politique que vient de traverser le pays mettant en exergue sa difficulté à retourner sur les marchés du financement.

Le coût des emprunts portugais et celui de l'assurance contre un défaut du pays donnent désormais plus de 30% de risque que Lisbonne ne soit pas en mesure de rembourser complètement ses créanciers.

Certains opérateurs évoquent désormais le prix des obligations et non plus leur rendement, signe que les investisseurs, essentiellement des banques locales, des fonds de pension et des fonds spéculatifs, se concentrent désormais sur le montant qu'ils peuvent espérer récupérer plutôt que sur le retour que les titres sont susceptibles de produire.

Autre indicateur des craintes d'un défaut de paiement: les obligations à court terme ont largement sous-performé la semaine dernière par rapport aux obligations à long terme.

Le spread entre les emprunts portugais à deux et dix ans a été divisé de plus de moitié depuis le début du mois de juillet pour atteindre 140 points de base, un plus bas de 15 ans. Il reste toutefois loin de ses plus bas de 2011 lorsque les courbes de rendements s'étaient inversées.

"La courbe ne s'est pas encore inversée au Portugal, mais la violence de l'aplatissement et le fait que les investisseurs évoquent les prix en numéraire me laissent craindre que le marché commence à anticiper une restructuration", a souligné un trader.

L'emprunt de référence à dix ans a touché 85 cents pour un euro avec un rendement de 7,1%, inférieur aux 8% atteints la semaine dernière au plus fort de la crise politique provoquée par la démission du ministre des Finances Vitor Gaspar.

Ce niveau est toutefois bien supérieur au rendement d'un peu plus de 5% touché au plus bas cette année.

Parallèlement, le coût de l'assurance contre un défaut portugais sur le marché des CDS (credit default swap) a presque doublé depuis mai pour atteindre 470 points de base, selon Markit. Cela signifie qu'il en coûte 470.000 dollars chaque année pour assurer 10 millions de dollars contre un défaut avec un contrat CDS à cinq ans.

Markit compile également un taux de recouvrement moyen anticipé, élaboré à partir d'informations recueillies auprès de d'opérateur et il avoisine environ 40%, ce qui signifie que les investisseurs peuvent s'attendre à récupérer directement 40 cents pour chaque dollar investi en obligations souveraines portugaises, le reliquat étant récupéré par le biais des CDS.

Selon Markit, ces éléments donnent un risque de 33% que le Portugal fasse défaut.

Marius Zaharia, Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux