Le marché en plein essor de l'e-cigarette

le
1
Près de quatre cents produits sont désormais proposé à la vente et le nombre de boutiques est en pleine expansion.

Hon Lik, un pharmacien chinois à qui on attribue l'invention de la cigarette électronique en 2000, n'imaginait sans doute pas que son produit allait être à l'origine du nouveau business mondial aujourd'hui en pleine expansion. En France, même s'il est difficile d'en livrer une juste photographie, ce commerce ne cesse de croître et embellir depuis deux ans. «Il n'existe pas de chiffres officiels de prévision nationale pour 2013», avait ainsi noté le Pr Dautzenberg à l'origine d'un rapport sur ce produit remis en mai dernier à la ministre de la Santé. Mais selon ce spécialiste qui dirige l'Office français de prévention du tabagisme (OFT), le marché pourrait «atteindre 100 millions d'euros en 2013».

Avec des présentations différentes, des dosages en nicotine variables, en produit jetable ou rechargeable et surtout en proposant des arômes les plus variés allant du poulet rôti à la fraise, la cigarette électronique, moins onéreuse que la cigarette traditionnelle, se décline sous bien des formes. «On dénombre 400 références environ», indique Mickael Hammoudi, président du Collectif des acteurs de la cigarette électronique (Cace) et qui représente 75 % du marché. Un choix donc varié destiné à capter le plus grand nombre de consommateurs, qui serait aujourd'hui plus d'un million. Quant à ceux qui auraient déjà expérimenté les e-cigarettes, ils auraient dépassé la barre des 5 millions, selon Bertrand Dautzenberg, qui relève aussi un intérêt des industriels pour les jeunes. Les fabricants rivalisent d'arômes divers pour séduire cette cible. Le Carambar, le bubble-gum, la fraise, la banane sont ainsi proposés.

Des centaines de points de vente

Par Internet ou auprès de centaines de points de vente recensés en France, la cigarette électronique est ainsi facilement accessible. En parallèle, ce circuit de distribution s'appuie sur des boutiques spécialisées de plus en plus nombreuses. La toute première avait vu le jour à Caen en 2010 et aujourd'hui, on en compterait plusieurs centaines. «Entre 400 et 500», estime Mickael Hammoudi. Derrière, les fabricants, - une dizaine en France -, se frottent les mains. «Un industriel en France depuis cinq ans dont le chiffre d'affaires s'est élevé à 1 million en 2011 affiche des prévisions de croissance fulgurantes: plus de 30 millions d'euros en 2013», écrit le Pr Dautzenberg dans son rapport.

En plein essor la cigarette électronique ferait aujourd'hui de l'ombre à la cigarette classique. «Il y a un glissement du marché du tabac vers celui de l'e-cigarette», confirme Gérard Audureau, président de DNF, Droit des non-fumeurs. La menace est telle que les grands groupes de cigarettes commencent à organiser la riposte. Marlboro, par exemple, devrait sortir son propre modèle de cigarette électronique.

Toutefois, une menace plane sur ce nouveau marché, le Parlement européen envisageant de considérer ce produit comme un médicament, distribué uniquement en pharmacie. «Nous n'y sommes pas favorables», souligne Mickael Hammoudi. La gamme de produits s'en trouverait réduite et le marché freiné. Pour le responsable du Cace, il est plus urgent de réglementer ce secteur pour, dit-il, «offrir une consommation en toute sécurité».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • eskimmo le mardi 27 aout 2013 à 11:24

    Quand on s'apercevra que c'est aussi cancérigène, les fumeurs n'auront qu'à pleurer et crever en silence dans d'atroces souffrances. Tant pis.