Le marché du travail britannique résiste à l'effet Brexit

le
0
LE CHÔMAGE BRITANNIQUE
LE CHÔMAGE BRITANNIQUE

LONDRES (Reuters) - Le marché du travail ne semble pas avoir souffert pour l'instant du vote pour la sortie du pays de l'Union européenne, le taux de chômage restant stable et les créations de postes s'accélérant sur les trois mois à fin juillet, montrent les statistiques officielles publiées mercredi.

Mais la croissance des salaires a ralenti, ce qui pourrait augurer d'une période délicate pour la consommation puisque la chute de la livre provoquée par le résultat du référendum du 23 juin devrait faire monter l'inflation.

Le taux de chômage est resté inchangé à 4,9% sur les trois mois à fin juin, un chiffre conforme au consensus Reuters des estimations d'économistes.

Le nombre de personnes occupant un emploi a augmenté de 174.000 sur la période, portant le taux d'emploi à un niveau record de 74,5%, a précisé l'ONS, l'institut national de la statistique.

Sur le seul mois de juillet, le taux de chômage - calculé sur une base plus étroite et moins représentative que la statistique sur trois mois - ressort en baisse à 4,7%, au plus bas depuis septembre 2005.

Le nombre de demandeurs d'allocations chômage a quant à lui augmenté de 2.400 en août à 771.000, après une baisse de 3.600 en juillet. Les économistes prévoyaient une hausse de 1.800 en moyenne.

Les rémunérations sur les trois mois à fin juillet ont augmenté de 2,3% en rythme annuel, contre +2,5% à fin juin. Les économistes s'attendaient toutefois à un ralentissement plus marqué, à +2,1%.

Hors primes, la hausse des salaires a été de 2,1% sur un an, contre +2,2% attendu et son ralentissement a été plus marqué en juillet, précise l'ONS.

(Service économique)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux