Le marché du funéraire de plus en plus connecté

le
1
Le marché du funéraire de plus en plus connecté
Le marché du funéraire de plus en plus connecté

Faire-part de décès et condoléances en ligne, obsèques à suivre en temps réel sur tablette, cimetière virtuel : les services connectés fleurissent dans un marché funéraire promis à un bel avenir."Depuis deux ou trois ans, l'organisation, les autorisations, le paiement : tout se fait en ligne", observe Philippe Martineau, directeur général du deuxième opérateur français en parts de marché (10%), Le Choix Funéraire.Chez ce réseau de commerçants indépendants du funéraire, qui regroupe 700 points de vente pour un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros, "10% des magasins ne présentent déjà plus les cercueils aux familles de façon traditionnelle mais sur écran", confie M. Martineau à l'AFP.Selon lui, les professionnels "quittent la logique de vente de produits pour une logique de vente de services".Son entreprise est en train de développer une liste obsèques sur le modèle des listes de mariage en ligne "pour éviter des achats inutiles". L'entourage pourra choisir de faire un don "par exemple à un projet associatif ou à la recherche médicale" chers au défunt, selon M. Martineau.Et pour les proches qui ne peuvent pas se déplacer, les funérailles peuvent être diffusées en streaming et gravées sur CDRom: "récemment, on a obtenu d'un prêtre de retransmettre une cérémonie en direct au Togo". La retransmission est assurée grâce à une caméra, qui peut zoomer et pivoter. Il suffit de se connecter à un serveur sécurisé via un code d'accès.Selon la société spécialisée Afterweb Venture, le nombre d'agences de pompes funèbres qui proposent les funérailles en direct atteindra la trentaine d'ici la fin de l'année.Les moyens d'immortaliser les souvenirs du défunt se multiplient : le "cybercimetière" permet de se recueillir en ligne, poster des messages et des albums photos pour honorer la mémoire de la personne disparue.QR code sur pierre tombaleQuant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le dimanche 27 oct 2013 à 15:20

    je me fais enterrer avec ma tablette. mais qui va payer le wifi?