Le marché des micro-capitalisations revient sur le devant de la scène

le
0

(NEWSManagers.com) - Pour Sébastien Lagarde, gérant et fondateur du fonds Axa WF Framlington Europe Microcap chez AXA IM, le temps de la réhabilitation est venu pour les micro-capitalisations. Depuis quelques mois, son fonds suscite beaucoup d'intérêt de la part des investisseurs en quête de performance.

Pour preuve, les actifs sous gestion de son fonds de microcaps, qui s'élevaient à 54 millions d'euros fin 2012, sont passés à 142 millions d'euros fin 2013. Actuellement, les encours dépassent les 170 millions d'euros, a précisé à Newsmanagers Sébastien Lagarde. A l'origine de cet engouement qui fait suite à une période prolongée de disette, une performance de 45%, supérieure aux indices de référence, avec une volatilité de moins de 10%.

L'occasion pour Sébastien Lagarde de balayer quelques idées reçues sur les micro-capitalisations. Par exemple, l'idée selon laquelle l'univers des petites capitalisations est très volatil. " Chaque titre pris isolément est volatil en effet. Mais dans l'ensemble, le comportement de cet univers est beaucoup plus aléatoire. La somme de toutes les co-variances est très proche de zéro" , souligne Sébatien Lagarde.

Autre idée souvent avancée : on ne trouve aucune liquidité sur les très petites valeurs. En réalité, sur un univers de plus de 3.000 valeurs, plus de 1.000 offrent une bonne liquidité, indique Sébastien Lagarde.

Du côté de la performance, les petites capitalisations n'ont pas non plus de complexes à avoir. En Europe, les micro-capitalisations enregistrent une performance annualisée de 7,01% contre 5,68% pour les grandes capitalisations sur la période courant de fin décembre 1992 à fin septembre 2013.

Une fois balayées ces idées reçues, force est de constater que l'environnement réglementaire a favorisé depuis l'an dernier la renaissance du secteur. Au Royaume-Uni d'abord, où depuis le printemps 2013 les particuliers peuvent investir sur l'AIM, le marché britannique des valeurs de croissance, dans le cadre de leurs fonds de pension. Et en France, où l'introduction du fonds PEA-PME devrait donner un coup de fouet à l'intérêt pour les micro-capitalisations. Le fonds affiche de ce fait un biais géographique marqué en faveur du Royaume-Uni (38%) et de la France (11%) qui représentent ainsi près de 50% du portefeuille. Le marché britannique est aussi le plus profond en Europe... Autre fait intéressant, les introductions en Bourse de petites capitalisations semblent repartir, en France et même... au Portugal.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant