Le marché des jeux en ligne n'est pas l'eldorado espéré

le
0
Après l'effet dopant de la Coupe du monde, le marché s'est essoufflé. La concurrence fait rage.

Plus de trois mois après la légalisation des jeux d'argent sur Internet, tous les opérateurs n'ont pas touché le jackpot. BetClic, filiale de Mangas Gaming, contrôlé par Stéphane Courbit et la Société des Bains de Mer, revendique certes la place de numéro un sur les paris sportifs et celle de numéro trois dans le poker (derrière Poker­Stars et Winamax) avec 800 000 joueurs français inscrits. Décidés à rester incontournables, le PMU et La Française des jeux, qui bénéficiaient jusqu'alors d'un monopole de droit sur le marché, constatent bien eux aussi une accélération des inscriptions depuis juin. Le PMU annonce ainsi une croissance de 58 % de ses ventes sur Internet du 1er juillet au 30 septembre (+ 32 % depuis janvier), avec 500 000 clients à date. Mais avec 300 000 clients en ligne désormais, La Française des jeux semble plus prudente qu'en juin, même si elle compte toujours atteindre son objectif de chiffre d'affaires sur Internet de 90 à 100 mi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant