Le marché des bureaux de petites surfaces en plein boom à Paris

le
0

Les ventes et locations de bureaux dont la surface est inférieure à 1000 mètres carrés ont bondit de 22% sur un an à Paris. Sur l’ensemble du marché en Île-de-France, l’activité a baissé de 24%.

Le marché des bureaux en Ile-de-France (ventes et locations mêlées) a vu son activité au deuxième trimestre dégringoler de 24% sur un an, selon une étude publiée mardi. D’avril à juin, les ventes et locations de bureaux (»demande placée») dans la région-capitale ont porté sur 503.300 mètres carrés, selon l’enquête trimestrielle publiée mardi par le groupement d’intérêt économique Immostat, qui réunit les sociétés de conseil en immobilier d’entreprise BNP Paribas Real Estate, CBRE, DTZ et Jones Lang LaSalle.

Sur l’ensemble du semestre elle s’élève à 915.200 mètres carré, soit une baisse de 22% par rapport au premier semestre 2014. «Certes plus forte qu’attendue, la baisse était prévisible pour plusieurs raisons: le vif ralentissement de la conjoncture durant l’été 2014, le tassement des demandes en moyennes et grandes surfaces, ainsi que le plus faible volume de baux arrivant à échéance en 2015», a commenté Richard Malle, directeur de la recherche France à BNP Paribas Real Estate.

Toutefois «plusieurs projets d’envergure devraient se concrétiser dans les prochains mois et permettre un rattrapage des volumes en deuxième partie d’année, nous laissant raisonnablement penser que la barre des 2 millions de mètres carrés placés reste atteignable en 2015», a noté de son côté Roman Coste, responsable à CBRE.

Une hausse de 10% sur les bureaux de petites surfaces

Tous les marchés «ne sont pas logés à la même enseigne», a remarqué par ailleurs M. Coste: le segment des bureaux de petites surfaces (moins de 1000 mètres carrés) «fait mieux que l’an dernier (+10%), soutenu par un marché parisien extrêmement dynamique (+22%, plus haut historique)», alors que le créneau des bureaux de moyenne surface (entre 1000 et 5000 mètres carrés «est en retrait (-9% sur un an)». «Comme au 1er trimestre, ce sont les transactions supérieures à 5000 mètres carrés qui ont fait défaut avec seulement 9 signatures au 2ème trimestre, soit 21 depuis janvier, dont seulement 2 supérieures à 20.000 mètres carrés, contre 7 à la même période l’an dernier», a relevé M. Coste.

Le taux de vacance des bureaux franciliens atteignait pour sa part 7,6% au 1er juillet, comme l’an dernier. Pour le deuxième trimestre, le montant global des investissements en immobilier d’entreprise en Ile-de-France ont baissé de 68% sur un an, à 1,8 milliard d’euros. Sur le semestre il s’élève à 5,4 milliards d’euros, en baisse de 38% par rapport à la même période en 2014.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant