Le marché de Rungis se refait une beauté pour 1 milliard d'euros

le
0

L’immense plan de construction, démolition et rénovation du marché de Rungis s’étalera jusqu’en 2025. Les investissements seront financés à parts égales avec le gestionnaire des lieux et les grossistes.

La société gestionnaire du marché de Rungis, la Semmaris, a annoncé ce lundi un plan d’investissement de 1 milliard d’euros d’ici 2025, financé à parts égales avec les grossistes, pour rénover et agrandir les espaces dévolus au marché physique et à la logistique. Le plan «Rungis 2025» prévoit la construction de 264.000 m², la démolition de 132.000 m² et la réhabilitation de 88.000 m² d’entrepôts, a précisé la Semmaris dans un communiqué.

Parmi les premiers chantiers, un nouveau bâtiment sera édifié pour la viande de porc, le secteur horticulture et décoration sera restructuré et de nouveaux entrepôts seront créés «pour des acteurs de la logistique du dernier kilomètre». A côté du célèbre «carreau» des producteurs, qu’il faut «moderniser et densifier», ce plan vise aussi à «développer les activités de services au sens large», selon le président de la Semmaris, Stéphane Layani.

Contrat de licence avec une banque russe

Ces activités de «logistique urbaine» (commerce électronique, livraison dans les restaurants, etc.) sont «en forte progression» et représentent près de la moitié des 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel du marché de Rungis, a-t-il indiqué. Le gestionnaire financera ces travaux à hauteur de 510 millions d’euros, les quelque 800 grossistes traditionnels s’étant engagés à investir une somme équivalente, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la Semmaris s’apprête à signer un contrat de licence d’environ 25 millions d’euros avec la banque russe VTB pour la construction d’un marché de gros de 200 hectares à Moscou d’ici une quinzaine d’années, a signalé le président de la Semmaris. Un accord similaire a été conclu en septembre aux Emirats Arabes Unis pour un marché de plus de 300 hectares devant voir le jour à Dubaï à l’occasion de l’exposition universelle 2020, moyennant au moins 21 millions de dollars. Le gestionnaire du marché de Rungis, qui joue dans ces dossiers un rôle d’assistance à maîtrise d’ouvrage, «souhaite développer le modèle d’excellence gastronomique à la française», a expliqué Stéphane Layani.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant