Le marché de l'automobile poursuit sa descente aux enfers

le
2
IMMATRICULATIONS EN FRANCE
IMMATRICULATIONS EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont de nouveau fortement reculé le mois dernier en raison d'une conjoncture économique difficile, tout particulièrement celles du groupe Renault dont les immatriculations ont chuté de 26,4%, selon les chiffres publiés vendredi par le Comité des constructeurs français d'automobile (CCFA).

Ce recul, -13,3% sur les dix premiers mois de l'année (-13,7% à jours comparables), vient confirmer le pronostic livré par plusieurs constructeurs automobiles au Mondial de l'auto, fin septembre. Ceux-ci avaient dit observer une dégradation de la demande en France et en Europe depuis l'été, avec à la clé une détérioration des perspectives de marché au quatrième trimestre.

La variation en données corrigées des jours ouvrables est encore plus prononcée (-15,8% en octobre), le mois dernier ayant compté en effet 23 jours ouvrables, contre seulement 21 pour octobre 2011.

Plusieurs constructeurs ont ainsi décidé d'arrêter temporaires la production de leurs usines françaises pour éviter un coûteux gonflement de leurs stocks.

"C'est un marché qui se dégrade. On espère que l'arrivée de la (Renault) Clio 4 va stimuler la fin de l'année, avec la compétition avec la (Peugeot) 208, qui sont toujours les gros volumes du marché français", commente François Roudier, porte-parole du CCFA. "Nous espérons que notre prévision de baisse de 12% du marché sur l'année n'est pas trop optimiste", observe-t-il.

LES MARQUES GÉNÉRALISTES À LA PEINE, SAUF VW

Le groupe Renault a vu ses immatriculations chuter de 26,4% en octobre, avec une dégringolade de 27,2% pour la marque au losange, qui ne bénéficie pas encore du soutien de la nouvelle Clio 4, présentée au Mondial, et une baisse de 22,6% pour sa marque low cost Dacia.

Le groupe PSA a enregistré une baisse limitée à 5,0% en octobre en données brutes, avec une recul de 5,1% pour la marque Peugeot et de 4,9% pour Citroën.

Globalement, la plupart des marques généralistes restent à la peine. En dehors de PSA et de Renault, les ventes de Ford ont reculé de 10,2% le mois dernier, celles de Fiat de 8,0% et celles de la marque Opel, filiale européenne de General Motors, de 9,1%.

En revanche, le groupe Volkswagen continue de tirer son épingle du jeu (+3,4% pour la marque et +14,8% pour Audi) ainsi que le sud-coréen Hyundai (+20,8%), qui fait une percée remarquée sur le marché français, notamment sous sa 2e marque Kia.

Le japonais Toyota, donc la petite Yaris est fabriquée à Valenciennes (Nord) affiche une progression de 19,4% de ses ventes tandis que Nissan, partenaire de Renault, affiche un léger recul (-2,9%) en dépit du succès cette année de ses crossovers Qashqai et Juke.

Au total, 162.411 voitures particulières neuves ont été immatriculées le mois dernier dans l'Hexagone en octobre et 1,6 million depuis début janvier.

Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rleonard le vendredi 2 nov 2012 à 11:33

    des pourcentages qui ne veulent rien dire. j'en vendais une, j'en ai vendu 2, j'ai augmenté mes ventes de 100%. J'en vendais 100 j'en vends 101, j'ai augmenté mes ventes de 1% et pourtant, nous avons augmenté exactement du meme nombre !!!

  • DanVhv le vendredi 2 nov 2012 à 11:20

    Excellente nouvelle! Il est temps que cette folie connaisse un reflux et que le nombre de bagnoles diminue, comme il est absurde de s'en plaindre dans une société qui ne raisonne qu'en termes de concurrence effrénée! Moins de voitures, plus de transports en commun et redécouverte des vertus de la marche à pied et du vélo. Tout bénéfice pour la santé!!