Le marché bouché des défenseurs

le
0
Le marché bouché des défenseurs
Le marché bouché des défenseurs

Hormis Hummels, Benatia et Umtiti, les défenseurs centraux ne sont pas les stars du mercato. Une habitude qui, cette année, peut s'expliquer par une certaine frilosité des clubs anglais, pourtant très limités dans ce secteur de jeu.

Tout avait pourtant bien commencé. Démarré en Allemagne dès le mois de mai, le jeu des chaises musicales (qu'on utilise généralement davantage pour évoquer les mouvements des attaquants et des milieux de terrain) concernant les défenseurs centraux était censé s'enflammer très vite. Mats Hummels, l'un des gros poissons du secteur, était en effet capturé dans les filets du pêcheur munichois, habitué à aller se faire plaisir dans les eaux de Dortmund. Finalement, si ce transfert a bien accouché du départ de Mehdi Benatia, passé du Bayern à la Juventus, cela ne se sera réalisé que deux mois après l'épisode Hummels. Et depuis ? Bah pas grand-chose. Preuve s'il en faut que le mercato des défenseurs centraux est toujours plus délicat (ou moins surprenant) et moins emballant (ou plus raisonnable) que celui des autres postes.


À l'heure où le marché des milieux de terrain s'agite autour du feuilleton Paul Pogba et que celui des attaquants a déjà fait des heureux et des malheureux – en vrac, citons Arkadiusz Milik qui remplace Gonzalo Higuaín qui remplace Álvaro Morata qui remplace Jesé Rodríguez qui remplace Zlatan Ibrahimović, Wissam Ben Yedder et Luciano Vietto qui remplacent Kevin Gameiro et Fernando Llorente… –, le marché des arrières axiaux, lui, semble au point mort. Un peu comme celui des gardiens de but.

Choper un chef de défense, mission impossible ?


À bien y réfléchir, cette situation n'est pas franchement rare. Chaque été, c'est une galère totale pour faire bouger les meilleurs défenseurs centraux de la planète. Aujourd'hui, qui pourrait convaincre les clubs de Vincent Kompany, Pepe, Thiago Silva, Gerard Piqué, Jérôme Boateng ou Daley Blind de leur lâcher leur roc ? L'an dernier, Sergio Ramos a sérieusement été annoncé partant. Comme Marquinhos ou Javier Mascherano cette année. Mais aucun d'eux n'a véritablement pu envisager la suite de sa carrière ailleurs que dans son équipe actuelle. La principale raison de cette absence continuelle de folie estivale ? Elle est simple et évidente. Un défenseur fait moins rêver les supporters qu'un avant-centre, ou qu'un milieu créateur. Et du coup, même si l'on parle de denrées rares…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant