Le marché automobile européen en hausse de 10,4% en mars

le
1
HAUSSE DE 10,4% DU MARCHÉ AUTOMOBILE EUROPÉEN EN MARS
HAUSSE DE 10,4% DU MARCHÉ AUTOMOBILE EUROPÉEN EN MARS

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Le marché automobile européen a amplifié son rebond en mars avec une hausse de 10,4% des immatriculations de voitures neuves, montrent les chiffres publiés jeudi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), reflet de l'amélioration du marché mais aussi des importants rabais toujours consentis par les marques.

Il s'est immatriculé le mois dernier 1.489.796 voitures dans les 28 pays de l'Union européenne et les quatre pays de l'AELE. En février, le marché avait augmenté de 7,6%, et en janvier de 5,2%.

Bien qu'il s'agisse, en termes absolus et dans la seule UE, du deuxième mois de mars le plus faible depuis que l'Acea a entamé cette série statistique en 2003, l'accélération observée le mois dernier renforce l'idée d'une embellie en 2014 du marché automobile européen, tombé l'an dernier à son plus bas niveau depuis environ 17 ans après six années de baisse consécutives.

Lundi dernier, PSA Peugeot Citroën a estimé que le marché en Europe pourrait enregistrer une hausse d'environ 3% cette année, tandis que Renault table sur une progression de l'ordre de 1%.

Pour expliquer ce rebond, il reste difficile de faire la part entre d'un côté le retour de la demande des automobilistes, désireux de renouveler leur voiture après plusieurs années d'attentisme ou attirés par les nouveaux modèles qui se sont récemment multipliés et, de l'autre, un effet d'aubaine lié aux généreux rabais consentis par les constructeurs depuis le début de l'année.

Selon un document interne au secteur, que Reuters s'est procuré, le montant moyen de remises dans les principaux pays européens a augmenté de 12% au premier trimestre, soit plus vite que les immatriculations européennes sur la période (+8,1% sur les trois premiers mois de l'année à 3.353.180 unités, selon les derniers chiffres de l'Acea).

La ristourne moyenne a atteint environ 2.750 euros par véhicule. Même le marché allemand, moins prompt à soutenir ses volumes en baissant les prix, a poursuivi son mouvement de rattrapage avec une hausse de 30% de la remise moyenne à environ 2.300 euros.

En France, le niveau moyen de remise a augmenté de 5% à 2.600 euros environ, tandis qu'en Espagne, il a progressé de 5% aussi, mais à un niveau nettement supérieur, presque 4.300 euros par voiture tant le marché est resté sinistré plusieurs années durant.

"En Allemagne, la tendance à long terme a penché jusqu'ici vers une hausse des remises", commente Michael Tyndall, analyste automobile chez Barclays, dans une note. "Mais les données d'avril ont montré une certaine amélioration, en ligne avec l'attitude prudemment optimiste des constructeurs qui voient une stabilisation des pressions sur les prix."

RENAULT ET PSA FONT MIEUX QUE LE MARCHÉ

Le document interne montre qu'au premier trimestre, Citroën a accordé le montant moyen de remise le plus élevé (+11% à plus de 3.750 euros). Chez Peugeot, les remises sont plus stables d'une année sur l'autre (+3%), mais restent à un niveau supérieur à 3.000 euros, reflet d'opérations comme la TVA offerte sur plusieurs modèles comme la 208. Chez Renault, le rabais moyen augmente aussi de 3%, mais à un niveau moyen inférieur à 2.400 euros.

Selon le document, Ford a été particulièrement agressif (+26% à presque 3.600 euros), notamment sur la Fiesta, et même Volkswagen, l'une des marques les mieux placées pour tenir ses prix, a augmenté de 33% ses remises moyennes à près de 2.400 euros.

En mars, les immatriculations de la marque allemande ont progressé de 5,0%, selon les chiffres de l'Acea. A l'échelle du groupe Volkswagen, elles ressortent en hausse de 8,4% grâce à la performance des marques Skoda, Seat et Audi.

La performance la plus spectaculaire revient au groupe Renault, dont les immatriculations ont bondi de 29,4% le mois dernier en Europe (+22,7% pour la marque au losange et 51,2% pour Dacia), et dont la part de marché a grimpé de presqu'un point sur l'ensemble du premier trimestre à 9,2%.

PSA signe pour sa part une hausse de 10,9% de ses immatriculations européennes en mars (+12,9% pour Peugeot et +8,5% pour Citroën). Au premier trimestre, la part de marché du groupe s'est stabilisée à 11,1%, alors qu'elle avait baissé sur l'ensemble de 2013.

(Edité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fred1903 le jeudi 17 avr 2014 à 09:05

    la voila la deflation.. vendre avec des gros rabais..