Le marché aéronautique résiste pour l'heure aux vents contraires

le
0
AIRBUS ET BOEING CONFIANT DANS LE MARCHÉ AÉRONAUTIQUE
AIRBUS ET BOEING CONFIANT DANS LE MARCHÉ AÉRONAUTIQUE

par Rujun Shen et Fathin Ungku

SINGAPOUR (Reuters) - Le marché de l'aviation commerciale se porte toujours bien malgré les signes de ralentissement de l'économie mondiale et les compagnies ont encore les moyens de passer des commandes et de prendre livraison de nouveaux appareils, ont déclaré Airbus et Boeing au salon aéronautique de Singapour.

L'événement, qui se déroule tous les deux ans dans la ville-Etat, se tient cette année sur fond d'inquiétudes pour la croissance chinoise et de turbulences sur les marchés financiers, qui font craindre à certains des annulations ou des reports de livraisons, notamment de la part de compagnies asiatiques.

Mais les constructeurs aéronautiques n'ont pour l'instant pas confirmé ce scénario, expliquant au contraire que la croissance du marché en cours depuis huit ans - du jamais vu - restait à l'ordre du jour, grâce entre autres à l'impact bénéfique de la chute des prix pétroliers sur les finances des compagnies.

"Notre marché est en croissance. Il est très résistant et nos clients gagnent beaucoup d'argent", a déclaré Randy Tinseth, vice-président du marketing de la division d'avions commerciaux de Boeing, lors d'une conférence de presse.

Il a précisé que le groupe américain n'avait pour l'instant reçu aucune demande de reports de livraisons.

Le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, a dit de son côté qu'aucun client de l'avionneur européen n'avait sollicité un report de livraisons.

Et le discours est le même chez les équipementiers et motoristes: le nouveau directeur général de Pratt & Whitney, Robert Leduc, dans un entretien à Reuters, a relativisé les inquiétudes sur la demande, précisant à son tour n'avoir enregistré ni annulation, ni report.

PAS DE GROSSE COMMANDE À L'HORIZON

Le salon de Singapour n'est pas pour autant l'occasion d'annoncer des commandes spectaculaires, même si certains constructeurs engrangent des contrats.

Le japonais Mitsubishi Aircraft, filiale de Mitsubishi Heavy Industries a ainsi reçu une commande 20 avions régionaux du loueur américain Aerolease, son premier contrat avec un loueur.

Quant à ATR, coentreprise d'Airbus et de l'italien Finmeccanica, il a signé un accord de 130 millions de dollars (116 millions d'euros) pour la fourniture de cinq ATR 72-600 au loueur Aviation PLC, basé à Singapour.

"Je craignais d'assister à un ralentissement marqué mais ça n'est pas le cas", a déclaré Patrick de Castelbajac, le président d'ATR, lors d'un point de presse.

"C'est rassurant de voir que les clients se manifestent, qu'ils prennent des livraisons, qu'ils trouvent des financements", a-t-il ajouté.

Toutefois, aucune grosse commande n'a été annoncée mardi pour la première journée du salon et certains analystes jugent peu probable qu'il y en ait.

Les compagnies ont généralement tendance à commander des avions économes en carburant pour réduire leurs coûts d'exploitation lorsque le pétrole est cher.

Certains participants au salon tiennent en outre un discours de prudence, à l'instar d'Akbar al Baker, le directeur général de Qatar Airways, qui a évoqué une baisse du trafic haut de gamme.

(avec Tim Hepher, Anshuman Daga et Siva Govindasamy; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant