Le Mali face au défi de la réconciliation

le
0
Le dialogue national souhaité par la France se heurte à deux questions : avec qui parler, et de quoi.

«Je suis optimiste. Nous allons trouver les ressorts nécessaires pour nous parler et trouver des compromis.» Ce membre du cabinet du président malien de transition, Dioncounda Traoré, l'assure: «La mise en place de la Commission nationale de réconciliation est dans les tuyaux. C'est pour bientôt.»

Après l'appel lancé mercredi par la France aux autorités maliennes, Dioncounda Traoré a affiché sa disponibilité pour le dialogue. En précisant que, de tous les groupes armés présents au nord du Mali, seul le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) peut être un interlocuteur légitime, «à condition qu'il renonce à toutes ses prétentions territoriales».

Les indépendantistes touaregs n'y étant pas prêts, le dialogue risque de tourner court. D'autant que, pour ce ­collaborateur du président malien, «les gens sont franchement remontés contre le MNL...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant