Le Mali cherche à contrôler l'épidémie, le Sénégal rouvre des frontières

le
0

BAMAKO/GENEVE, 15 novembre (Reuters) - Le Mali s'emploie à retrouver au total 343 personnes qui ont été en contact avec des victimes confirmées ou probables de la fièvre Ebola, afin d'empêcher la propagation de la maladie sur son territoire, ont déclaré vendredi des responsables des services sanitaires. Un premier groupe de personnes qui ont été en contact avec le premier malade, une fillette de deux ans revenue de Guinée et décédée fin octobre, étaient près de la fin de leur période de quarantaine de 21 jours quand le Mali a confirmé un second foyer de cas cette semaine. Au moins quatre nouveaux cas confirmés de fièvre Ebola ont été identifiés au sein de ce nouveau foyer. Il s'agit de personnes qui ont été en contact avec un imam venu de Guinée et qui est décédé fin octobre avec des symptômes analogues à ceux d'Ebola, même si la maladie n'a pas été formellement diagonistiquée. Le Mali est le sixième pays d'Afrique de l'Ouest à avoir confirmé des cas de fièvre hémorragique Ebola, épidémie qui a fait, depuis le mois de mars, au moins 5.177 morts. Le Liberia, avec 2.812 décès, la Sierra Leone (1.187) et la Guinée (1.166) sont les trois pays les plus touchés par la maladie. Des cas ont en outre été enregistrés au Sénégal et au Nigeria, deux pays que l'OMS considère aujourd'hui comme délivrés de l'épidémie, et, hors d'Afrique, en Espagne et aux Etats-Unis. Le Sénégal a rouvert ses frontières aériennes et maritimes avec les trois pays les plus touchés par la fièvre Ebola (Guinée, Liberia et Sierra Leone), qui étaient fermées depuis août dernier pour freiner la propagation de l'épidémie, a rapporté vendredi soir l'agence de presse sénégalaise APS. La frontière terrestre avec la Guinée, pays qui a été le premier à signaler des cas de la maladie en mars dernier, reste en revanche fermée. Avec le Mali, pays voisin du Sénégal à l'est, les frontières restent ouvertes. (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant