Le malaise enseignant descend dans la rue

le
0
Au-delà des revendications mises en avant pour cette première manifestation de l'année, les raisons d'une inquiétude profonde.

L'année 2011 voit samedi son premier mouvement dans le monde enseignant. Les manifestations qui sont prévues dans de nombreux département entendent avant tout alerter l'opinion sur l'impact des nouvelles suppressions de postes, même si de nombreux autres sujets cristallisent également l'inquiétude des professeurs.

16 000 postes supprimés en 2011

C'est le sujet qui focalise l'attention. «Parce que cela fait 45.000 postes en moins en quelques années, argumente Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, alors que 60 000 élèves supplémentaires arriveront à la rentrée 2011». Pour les enseignants et les parents, cela signifie une nouvelle baisse de la scolarisation des moins de 3 ans, des effectifs en hausse «alors que, précise Bernadette Groison, les publics scolaires ont évolué». Autant, les 16.000 postes de l'an dernier, qui correspondaient aux postes de stagiaires supprimés par la mastérisation, n'avaient pas eu de répercussions dans les classes

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant