Le mal-être au travail gagne du terrain chez les salariés

le
0
Près de 70 % des salariés estiment travailler dans des conditions nerveusement fatigantes, selon une enquête de Malakoff Médéric.

Les salariés français broient du noir. Près de 70 % d'entre eux estiment travailler dans des conditions nerveusement fatigantes, tandis qu'un petit tiers souffre de ne pas réussir à concilier vie professionnelle et vie personnelle. Telle est la conclusion, peu réjouissante, de la dernière étude de l'institut de prévoyance Malakoff Médéric sur la santé et le bien-être des salariés. Le groupe, qui assure la prévoyance et la santé de 3,5 millions de salariés en France, mène cette enquête annuelle depuis 2009, auprès de 3500 employés du secteur privé.

Les résultats lui permettent d'affiner son offre de produits de protection. Cette année, l'étude a ainsi mis en valeur la fatigue des personnes qui s'occupent d'un proche dépendant. Une population qui représente désormais 14 % d'un échantillon de salariés contre 9 % il y a deux ans. Ce constat a conforté Malakoff Médéric dans son projet de lancer, dans les prochains mois, un contrat dédié aux aidants afin de les accompagner dans ces années difficiles pour limiter les risques.

Réseaux de soin

Cette enquête sur le bien-être des salariés est symptomatique de la volonté des grands groupes de prévoyance (Malakoff, AG2R La Mondiale, Pro BTP, Humanis) de remonter en amont dans la chaîne des services à la santé afin de mieux maîtriser leurs coûts. Un impératif pour le secteur alors que la Sécurité sociale se désengage peu à peu et que les charges des complémentaires augmentent d'autant. «Le mouvement est très loin d'être terminé, nous sommes en train d'inventer un nouveau métier. Les institutions de prévoyance ne veulent plus être de simples payeurs, assure ainsi Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric. Nous souhaitons agir de plus en plus en amont sur la santé et le bien-être des salariés.»

Pour rationaliser leurs coûts, les assureurs se sont d'abord lancés dans la création de réseaux de soins pro domo. Malakoff Médéric, en partenariat avec Harmonies Mutuelles, est ainsi à la tête d'une plate-forme dans l'optique et plus récemment l'audioprothèse, Kaliva. Pro BTP et Groupama ont développé de leur côté leur réseau Sévéane. Malakoff Médéric, Humanis et D & O (devenu Klesia depuis sa fusion cet été avec Mornay) ont encore lancé l'année dernière un programme de dépistage en entreprise de l'hypertension artérielle, qui touche un Français sur quatre entre 20 et 65 ans. «L'entreprise est un excellent cadre pour aborder la santé des particuliers. Les salariés sont plus facilement sensibilisés à l'importance du dépistage quand il est organisé au sein de l'entreprise», note Guillaume Sarkozy.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant