Le mal de dos coûte très cher aux entreprises

le , mis à jour à 14:05
7

Selon les résultats 2015 de la branche accidents du travail de la Sécurité sociale (AT-MP), dévoilés ce mardi par Les Échos et France Inter, le mal de dos coûte plus d'un milliard d'euros par an aux entreprises françaises. Un chiffre en augmentation ces dernières années. Face au coût engendré, l'Assurance maladie et les entreprises veulent réagir.

Plus de la moitié des Français souffrent au moins une fois dans l'année d'un épisode de lombalgie (photo d'illustration). ( AFP / FLORIAN DAVID )
Plus de la moitié des Français souffrent au moins une fois dans l'année d'un épisode de lombalgie (photo d'illustration). ( AFP / FLORIAN DAVID )

En dix ans, le nombre de lombalgies - ou mal de dos - est passé de 146.000 cas répertoriés à 167.000, selon le rapport. Il est même devenu, en France, le deuxième motif de recours au médecin traitant. Et dans un cas sur cinq, la consultation conduit à un arrêt de travail. Le plus souvent, il s'agit de lombalgies chroniques - avec des cas de hernies discales pouvant conduire à des interventions chirurgicales - pouvant entraîner de lourdes séquelles et des incapacités de travail.

30% DES ARRÊTS DE TRAVAIL DE PLUS DE SIX MOIS

Autre constat, leur part au sein des accidents du travail est en forte hausse : elles représentaient 13,2% des accidents en 2005 contre 19,1% en 2015. Elles sont par ailleurs à l'origine de 30% des arrêts de travail de plus de six mois. Dans le même temps, les accidents du travail ont fait l'objet d'une diminution progressive en France depuis dix ans, passant de 1,1 million en 2005 à moins de 900.000 en 2015.

Le mal de dos concerne tous les travailleurs français : plus de la moitié d'entre eux souffrent au moins une fois par an d'un épisode de mal de dos. C'est dans le domaine des services à la personne que le nombre d'arrêts de travail liés à des lombalgies croit le plus (+2.200 cas par an). A l'inverse, elles font l'objet d'une diminution régulière dans l'industrie (-1.100 cas par an).

L'explication est double : les secteurs traditionnels ont fait l'objet de nombreuses campagnes de sensibilisation. A l'inverse, les employés des services à la personne - souvent des travailleurs indépendants - n'ont pas de lien direct avec l'Assurance-maladie, ce qui complique la mise en œuvre des démarches de sensibilisation, analyse France Inter. Pour autant, le BTP, l'agroalimentaire, le transport et l'énergie restent les plus exposés à ce risque.

PLUS DE CAMPAGNES D'INFORMATION À PRÉVOIR

Pour les entreprises le coût est astronomique : pas moins d'un milliard d'euros en 2015. Si l'on entre dans le détail, plus de la moitié (580 millions) couvre les indemnisations des séquelles, sous forme de rentes ou de capital. Les indemnités journalières s'élèvent à plus de 300 millions d'euros. La prise en charge des soins coûte elle 120 millions d'euros chaque année.

Face à cette situation, le branche AT-MP propose d'aller plus loin que les campagnes d'information et de formation notamment dans les métiers à risque comme l'agroalimentaire, les transports et l'énergie. Elle préconise également de favoriser certaines initiatives comme la reprise du travail à temps partiel pour des salariés avec une évaluation mensuelle par le médecin du travail. Le mi-temps assis-debout au travail est également suggéré. De son côté, la Sécurité sociale a déjà commencé à sensibiliser les médecins généralistes aux bonnes pratiques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 il y a 3 semaines

    rraclos...je sens que vous avez une info à nous faire suivre?...pouvons- nous la connaître ?...:-)

  • M8252219 il y a 3 semaines

    Un peu d'exercices sportifs résoudrait le problème . Mais le problème est la fainéantise de l'individu.

  • d.e.s.t. il y a 3 semaines

    Et encore beaucoup plus chez les fonctionnaires, qui ont droit à des absences sans limites et sans justification! Quand va-t-on en finir avec ce statut inique et indécent que beaucoup de pays ont abandonné ?

  • yeye84 il y a 3 semaines

    remplacer tous les travailleurs par des robots....

  • rraclot il y a 3 semaines

    Ça me rend malade ces études ! Vous savez pourquoi ?

  • M667361 il y a 3 semaines

    MDR .. surtout que le mal de dos est la première raison invoquer pour ne pas aller bosser .

  • boumxj il y a 3 semaines

    1/2 temps avec 3h00 de trajet en région parisienne !