Le maire UMP de Tarbes Gérard Trémège en garde à vue

le
4
Le maire UMP de Tarbes Gérard Trémège en garde à vue
Le maire UMP de Tarbes Gérard Trémège en garde à vue

Le maire UMP de Tarbes, Gérard Trémège, a été placé en garde à vue mardi et une perquisition était en cours à son domicile. Visé par une enquête sur des faits présumés de prise illégale d'intérêt sur fond de transactions immobilières, l'élu s'attendait à cette garde à vue depuis de longs mois. En février 2014, en pleine campagne des municipales, il criait au «complot politicien» destiné, selon lui, à porter atteinte à son image d'intégrité.

Une information judiciaire a été ouverte contre X en septembre 2013 à Pau au sujet de faits présumés de prise illégale d'intérêt et de recel. Les enquêteurs s'intéressent notamment à l'octroi de marchés publics par la mairie de Tarbes et à l'achat et la revente de terrains par la municipalité. 

«Dans le dossier il y a rien, il y a rien du tout, que des calomnies, que des mensonges», clamait il y a un an Gérard Trémège. Et le maire de mettre en cause son vieil adversaire socialiste Jean Glavany, ainsi que le préfet. Et de porter plainte auprès du procureur de la République de Pau «pour violation du secret de l'instruction», en mars 2014, plainte qui a été classée sans suite deux mois plus tard.

Une douzaine de personnes en garde à vue

Selon une source judiciaire, l'adjoint au maire chargé des travaux et un architecte étaient également en garde à vue à Tarbes mardi, sur commission rogatoire du juge d'instruction.

Début mars 2015, six personnes avaient été placées en garde à vue à la gendarmerie de Tarbes dans cette enquête, dont deux chefs de service de la municipalité. La compagne du maire, Isabelle Bonis, avait elle aussi été placée en garde à vue en mars 2014.

Au total, une douzaine de personnes au total ont été entendues, et certaines perquisitionnées, depuis le début de cette affaire, qui n'a jusqu'à présent jamais débouché sur une mise en examen.

Député UDF des Hautes-Pyrénées de 1986 à 1988, puis de 1993 à 1995, M. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 31 mar 2015 à 11:27

    la plupart des élus passe au travers......; bien souvent des peines avec sursis, et amendes.....le France est au top avec les emplois fictifs? on place les petits copains dans des structures du style associatif, comme les mutuelles ..... coupable de recel d'abus de confiance.... comme le secrétaire du ps (wikipédia)... la liste est longue de droite comme de gauche..

  • frk987 le mardi 31 mar 2015 à 11:20

    Et là, voyez je suis objectif, droite comme gauche dans le même sac. SUPPRESSION des pouvoirs terriens du maire...il y aura bien moins de candidats, voire même plus du tout.

  • frk987 le mardi 31 mar 2015 à 11:18

    Les maires bénévoles des petites communes rurales péri-urbaines qui du jour au lendemain transforme votre terre agricole à 1 centime le mètre en terrains constructibles à 1000 euros le mètres , un coup de baguette magique qui vous transforme du jour au lendemain de pauvre paysan en riche propriétaire terrien, mais comme par hasard, ce sont toujours les terrains du cousin, du neveu...etc....

  • frk987 le mardi 31 mar 2015 à 11:12

    Ah 90% des maires devraient être mis en examen pour le plan d'occupation des sols et des permis de construire, s'il y a UNE CHOSE et une seule qui devrait dépendre de l'Etat c'est ce domaine.