Le Maire promet de négocier des hausses de commandes pour GM&S

le , mis à jour à 19:38
13
Vue du site GM&S occupé par les salariés à La Souterraine (Creuse), le 13 mai 2017 ( AFP/Archives / PASCAL LACHENAUD )
Vue du site GM&S occupé par les salariés à La Souterraine (Creuse), le 13 mai 2017 ( AFP/Archives / PASCAL LACHENAUD )

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'est engagé vendredi à déployer "tous les efforts nécessaires pour garantir l'accroissement des commandes" des constructeurs automobiles clients de l'équipementier en difficulté GM&S, menacé de liquidation judiciaire, selon un communiqué de Bercy.

M. Le Maire, qui s'est entretenu avec les syndicats de GM&S à Bercy vendredi après-midi, a prévu de les informer de l'issue de ses discussions avec les constructeurs d'ici la décision du tribunal de commerce de Poitiers le 23 mai sur l'avenir du site de La Souterraine (Creuse), qui emploie environ 280 salariés.

Le ministre "va contacter Carlos Tavares et Carlos Ghosn (dirigeants respectifs de PSA et Renault, NDLR) ce week-end pour essayer de faire évoluer la situation, éviter une liquidation mardi prochain", a précisé Vincent Labrousse, délégué CGT, à l'issue de la rencontre.

Le syndicat, qui cite les sociétés GMD et Magneto comme repreneurs potentiels, "souhaite que le tribunal de commerce demande une prolongation de la période d'observation pour permettre d'ouvrir les discussions" officiellement avec les deux constructeurs.

L'usine est occupée depuis plus d'une semaine par les salariés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz. Alors que l'entreprise est en redressement judiciaire depuis décembre, ils font pression sur PSA et Renault pour qu'ils s'engagent sur un volume de commandes suffisant et l'affectation de nouveaux marchés.

M. Le Maire a prévenu que la pérennité de l'activité du site "devra également s'accompagner d'une adaptation de l'entreprise aux conditions et standards de concurrence", selon le communiqué.

"Les salariés sont bien positionnés" par rapport à la concurrence, notamment en matière de salaires, a répliqué M. Labrousse. Après "il y a toujours possibilité de faire mieux, par exemple (avec) des investissements massifs" pour moderniser l'usine, a-t-il ajouté.

Mardi, le patron du Medef Pierre Gattaz avait aussi laissé entendre qu'une mauvaise gestion pouvait avoir mis l'entreprise en difficulté.

"Une usine qui ferme (...) c'est le fruit de quelques années de mauvaise stratégie et sans doute d'un environnement social, fiscal trop compliqué", avait-il expliqué.

GM&S est le deuxième employeur privé de la Creuse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • GEPAPI il y a une semaine

    Je vais dénoté dans cette file plutôt sévère. Dans un 1er temps sauver le plus possible d'emploi par le biais de commandes rapatriées car délocalisées dans des pays à main d'oeuvre peu payée. Puis voir pourquoi la boîte se retrouve dans cette situation et intervenir franchement , avec conditions, si c'est viable. En CREUSE 250 emplois qui disparaissent vous les retrouver comment ?

  • abastia2 il y a une semaine

    Ensuite une entreprise mal gérée doit suivre son chemin naturel, même si c'est dur pour les salariés. Les syndicats sont tout autant responsables de la situation que les dirigeants, s'ils avaient fait leur boulot de façon responsable, la situation serait certainement meilleure...

  • abastia2 il y a une semaine

    Déjà avant de discuter avec les syndicats, tu leur fais enlever les bonbonnes de gaz de leur usine. Pas de négociation sous la menace, on n'a pas rejeté le fascisme il y a 2 semaines pour se laisser intimider par une autre forme de dictature.

  • bsdm il y a une semaine

    Le maire n'a pas vu le coup venir : il aura un candidat "en marché " en face de lui aux législatives : Macron est encore plus tordu que hollande !

  • Pathor il y a une semaine

    "incompétent" ?! c'est pas possible, bac +9 (wiki: normal sup +sciencespipo+ ena) .....ces deux dernières écoles formeraient elles des gens totalement déconnectés du monde réel ?

  • grinchu1 il y a une semaine

    cela signifie -t il qu'il a l'intention de "tripatouiiler" les marchés publics ?ce baratineur est un incompétent...

  • Pathor il y a une semaine

    Voila l'exemple type du "bon" fonctionnaire formaté par l'ena et Sciencespipo ! Tout est dit dans les messages précédents, on peut juste ajouter que si les constructeurs nationaux à la demande du gouvernement favorise un fournisseur français c'est illégale dans UE... Ça commence bien pour l'Européiste E.M. !

  • glitzy il y a une semaine

    De quoi se mêle-t-il ?

  • mxnagg il y a une semaine

    le jour ou on passera de "le Ministre VA ..." a "le Ministre A..." on poura parler de Revolution

  • mucius il y a une semaine

    Les commandes qu'il "obtiendra" auraient été faites à leurs concurrents. L'injustice continue : on favorise les entreprises les moins performantes.