Le Maire ne veut pas jouer au médiateur entre Sarkozy et Villepin

le
0
INTERVIEW - Le ministre de l'Agriculture réaffirme sa «totale loyauté» à Nicolas Sarkozy, mais souhaite que les talents de Dominique de Villepin soient reconnus.

LE FIGARO - Regrettez-vous d'avoir dit que l'ancien président tunisien Ben Ali était «souvent mal jugé» ?

Bruno Le Maire - C'est une maladresse que je regrette. Nous n'avons pas pris la mesure de ce qui se passait en Tunisie. Nous sommes passés à côté et il faut savoir en tirer les leçons. Nous portons une attention particulière aux États-Unis et à la Chine, à l'Inde et au Brésil. Mais pas suffisamment sur ce qui se passe à quelques kilomètres de nous.

Comment concevez-vous votre rôle de coordinateur du projet UMP ?

Je souhaite être le point d'entrée de propositions venant de tous les horizons: des clubs, des centres de réflexion, des chercheurs, des militants. Avec Valérie Rosso-Debord et Fabienne Keller, nous consulterons les parlementaires et les élus UMP. J'ai déjà rencontré François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Christine Lagarde, Gérard Longuet. Je poursuivrai mes consultations dans les prochaines semaines. Et j'échange avec Jean-Louis Borloo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant