Le maire de Rome retire sa démission et défie Renzi

le
0

ROME, 29 octobre (Reuters) - Le maire de Rome, Ignazio Marino, soupçonné d'avoir abusé des notes de frais, a retiré jeudi la démission qu'il avait annoncée il y a trois semaines sous la pression du président du Conseil, Matteo Renzi, au risque d'attiser les tensions au sein du Parti démocrate (PD). "Le maire de Rome, Ignazio Marino, a signé la lettre dans laquelle il retire sa démission", a annoncé la municipalité dans un bref communiqué. Elu en 2013, Ignazio Marino, dont la popularité a baissé régulièrement au fil des mois, avait démenti toute malversation lors de sa démission, le 8 octobre, après des allégations selon lequel il avait truqué des demandes de remboursement de notes de restaurants. Il était resté en poste depuis et dans sa lettre de démission originelle, il évoquait la possibilité de revenir sur sa décision en cas d'évolution du contexte politique. Celui-ci n'a pourtant pas changé notablement en trois semaines: Matteo Renzi a pris ses distances avec le premier magistrat de la capitale en estimant qu'il avait "perdu la confiance des Romains" et le PD a annoncé jeudi qu'il retirerait tous ses élus du conseil municipal si Marino revenait sur sa démission. Le risque de vacance du pouvoir à la tête de la ville et de tensions entre la mairie et le gouvernement sont d'autant plus malvenus que Rome doit se préparer à l'"Année sainte" décidée par le Vatican, qui débute dans quelques semaines et devrait attirer plusieurs millions de catholiques dans la ville. (Gavin Jones; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant