Le maire de New York apostrophé par des recrues de la police

le
0

NEW YORK, 29 décembre (Reuters) - Le maire de New York, Bill de Blasio, a dû faire face lundi à de nouvelles manifestations de défiance lors d'un discours prononcé devant des recrues de la police de la ville lors d'une cérémonie de remise des diplômes organisée au Madison Square Garden. Plusieurs milliers de policiers lui avaient déjà tourné le dos samedi alors qu'il prenait la parole aux obsèques de l'un des deux policiers tués par un homme qui disait vouloir venger la mort de plusieurs Noirs tués récemment par les forces de l'ordre. Ils entendaient protester ainsi contre le soutien du maire aux manifestations organisées après cette série de décès. "Vous allez rencontrer toutes sortes de problèmes, des problèmes que n'avez pas créés", a déclaré le maire lundi devant les 900 cadets, dont une douzaine lui tournaient à nouveau le dos. "C'est vous qui les avez créés !", lui a rétorqué l'un d'eux, dont l'intervention a été applaudie par une partie de l'assistance. Le deuxième agent tué sera inhumé dimanche à Brooklyn. Le meurtre des deux policiers est survenu après plusieurs semaines de manifestations contre les violences policières et de tensions raciales. La mobilisation a débuté fin novembre après la relaxe des agents impliqués dans les décès des Noirs Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri, et Eric Garner à New York. L'assassin des deux agents new-yorkais, un Noir nommé Ismaaiyl Brinsley, s'est ensuite suicidé d'une balle dans la tête. Il avait auparavant tiré sur sa compagne, qu'il a grièvement blessée. Cet homme de 28 ans avait un casier judiciaire dans l'Etat de Géorgie, où il a effectué neuf peines de prison entre 2004 et 2010 pour vol à l'étalage, entrave à l'exercice de la justice ou encore menaces terroristes. (Jonathan Allen, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant