Le maire de Berlin craint que l'AfD salisse l'image de sa ville

le
0
    BERLIN, 16 septembre (Reuters) - Un résultat à deux chiffres 
du parti anti-immigrants Alternative für Deutschland (AfD) 
serait perçu dans le monde entier comme le signe d'une 
renaissance des nazis, a prévenu vendredi le 
bourgmestre-gouverneur de la ville, Michael Müller, à deux jours 
des élections au parlement local. 
    Créée en 2013 initialement contre les plans de renflouement 
financier dans la zone euro, l'AfD s'est muée en un parti 
anti-immigration, incarnant une ligne opposée à celle de la 
chancelière Angela Merkel et qui grignote l'électorat 
conservateur.  
    Un sondage de Forschungsgruppe Wahlen pour la ZDF publié 
jeudi accorde à l'AfD 14% des intentions de vote à Berlin, 
bastion historique de la gauche allemande. 
    "Ce serait perçu dans le monde entier comme le signe du 
retour de l'extrême droite et des nazis en Allemagne", a écrit 
Michael Müller sur Facebook. 
    "Berlin n'est pas une ville ancienne, Berlin est la ville 
qui s'est transformée, passant de capitale de l'Allemagne nazie 
d'Hitler à phare de la liberté, de la tolérance, de la diversité 
et de cohésion sociale", a ajouté le bourgmestre-gouverneur de 
Berlin. 
    Les sociaux-démocrates du SPD, qui gouvernent la ville-Etat 
dans le cadre d'une grande coalition avec la CDU, devraient 
rester dimanche soir la première force politique locale avec un 
score oscillant selon les instituts entre 21 et 24% des voix 
(contre 28,3% il y a cinq ans).   
    Michael Müller pourrait être à même de former une coalition 
d'un nouveau genre, avec les Verts écologistes (qui se 
maintiendraient autour de leur score de 2011, à 17,6%) et le 
parti de la gauche radicale Die Linke, projeté jusqu'à cinq 
points au-dessus de ses 11,7% de 2011. 
    L'AfD a obtenu 20,8% des voix aux élections régionales 
organisées le 4 septembre dernier dans le Land du 
Mecklembourg-Poméranie occidentale et elle est désormais 
représentée dans neuf des 16 Länder allemands.   
    Si certains migrants ont été accueillis par des haies 
d'honneur lors de leur arrivée, de nombreux électeurs 
s'interrogent désormais sur le coût de leur prise en charge, sur 
leurs capacités d'intégration et, à la lumière des agressions 
sexuelles du nouvel an à Cologne et des attentats de juillet, 
sur les conséquences en matière de sécurité. 
    Mercredi, des militants d'extrême droite et des demandeurs 
d'asile se sont affrontés dans la ville de Budisse, dans l'est 
de l'Allemagne. Près de 80 jeunes gens ont scandé des slogans 
nationalistes avant d'affronter une vingtaine de demandeurs 
d'asile. 
 
 (Michelle Martin, Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant