Le magnat de l'immobilier Trump rêve de la présidence américaine

le , mis à jour à 17:15
0

EN IMAGES - Le candidat potentiel à l’élection présidentielle américaine s’est bâti une fortune dans la pierre estimée à 4 milliards de dollars.

Mais qui est donc Donald Trump, PDG de la Trump Organization ? Incontestablement un homme plein de ressources et d’énergie. Marié trois fois, ruiné deux fois, il a toujours su revenir au sommet et son patrimoine est désormais évalué à 4 milliards de dollars par le magazine Forbes .Heureux en amour et en affaires, homme de médias, il ne manque désormais que le pouvoir politique pour faire de lui un homme comblé.

C’est sans doute la raison pour laquelle l’évocation de son engagement dans la campagne présidentielle refait régulièrement surface. En 2011, un sondage le plaçait déjà parmi les candidats sérieux du scrutin 2012. Actuellement, c’est le réseau social Twitter qui bruisse de rumeurs sur sa candidature pour 2016. Il n’a d’ailleurs pas hésité à déclarer «Je peux rendre à l’Amérique sa grandeur» lors d’un show télévisé. Cette candidature éventuelle a immédiatement attiré une nuée de démentis, de critiques et d’analyses pour souligner à quel point ce choix serait désastreux.

Mais si l’homme à l’ego démesuré ne compte plus ses détracteurs, il faut bien reconnaître sa réussite dans la pierre. À New York, son escarcelle compte pas moins de 14 gratte-ciel. Seuls deux d’entre eux, dont l’adresse est particulièrement prestigieuse, ont pu éviter de porter le patronyme de leur propriétaire: il s’agit du 40 Wall Street et du 610 Park Avenue. Tout le reste n’est que Trump Palace, Trump Tower, Trump World Tower ou Trump Parc.

Et le reste du pays n’est pas oublié: de la Floride à la Californie en passant par Chicago, on finit toujours par croiser un immeuble Trump. La branche casino est nettement moins bien lotie: en grande difficulté le Trump Plaza et le Trump Taj Mahal devraient être revendus à l’investisseur Carl Icahn alors que le premier des deux établissements est déjà fermé.

C’est plutôt du côté des hôtels de luxe que le groupe prospère actuellement. Il compte des établissements aux Etats-Unis, bien sûr, mais aussi au Canada, en Irlande et même au Panama en attendant une ouverture à Rio de Janeiro. Il transforme actuellement l’ancienne poste de Washington en hôtel et compte y offrir les plus grandes chambres de la ville. Sans doute les plus coûteuses aussi. Il lorgnerait même sur le quartier général du FBI pour le transformer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant