Le magasin Sephora des Champs-Elysées devra fermer le soir

le
0

Le parfumeur Sephora, propriété du groupe LVMH, a été condamné lundi à fermer son magasin amiral des Champs-Elysées à 21H00, une victoire pour les syndicats, mais une partie des salariés protestent et la direction de l'enseigne a annoncé aussitôt un pourvoi en cassation.

"Nous avons gagné sur toute la ligne. Sephora est condamné par la Cour d'appel de Paris à fermer à 21H00 sous huitaine et sous astreinte de 80.000 euros par infraction constatée et par salarié", a commenté devant la presse Karl Ghazi (CGT).

Le tribunal a statué sur la demande des syndicats du Clic-P (intersyndicale du commerce de Paris CGT, CFDT, FO, SECI, SUD et CGC), qui reprochait à Sephora d'ouvrir son magasin des Champs-Elysées, vendredi et samedi jusqu'à 01h00 et jusqu'à minuit les autres jours.

Sephora, qui réalise 20% de son chiffre d'affaires après 21H00, a décidé "de se pourvoir en cassation". Ce pourvoi n'est pas suspensif.

Le distributeur de parfums a assuré qu'il allait "respecter la décision de justice".

Il a également ajouté qu'il allait "étudier rapidement les conséquences de cette décision pour l'emploi". "Plus de 50 personnes, toutes volontaires, étaient en effet employées pour permettre d'ouvrir le magasin à la clientèle touristique des Champs-Elysées", souligne la direction de Sephora qui précise qu'elle "fera tout pour qu'il n'y ait pas de licenciement". Le magasin compte 200 salariés dont 58 travaillent le soir.

"Un coup de poignard", selon une salariée

Tous vêtus de l'uniforme de l'enseigne - un tee-shirt noir à manches courtes avec la marque dans le dos -, une cinquantaine de salariés de Sephora étaient venus au tribunal pour dire qu'ils voulaient "continuer à travailler le soir". Ils ont rappelé que la plupart des salariés du soir avaient signé une pétition, publiée dans plusieurs quotidiens.

"C'est un coup de poignard" donné par les syndicats, a résumé Inesco Sampiecro, l'une des vendeuses, à l'AFP. "Ils empêchent les salariés qui veulent travailler plus et gagner plus de le faire", a renchéri Sandra Da Costa, déléguée générale CFCT, premier syndicat de l'enseigne.

Pour Eric Sherrer, du Clip-P, la pétition des salariés, "financée par Sephora, a été un vrai chantage à l'emploi". "Présentée par leur chef de service ou leur responsable, les salariés n'ont eu d'autre choix que de la signer", a-t-il affirmé à l'AFP.

Il estime également que "la justice a frappé très fort avec cette astreinte" et que "cela veut dire que si à 21H30, on constatait qu'il y a 70 salariés présents, le parfumeur aurait une amende de 70 fois 80.000 euros".

Selon la déléguée centrale SUD, Djilla Delahaye-Yelmani, "Sephora voulait généraliser le travail de nuit à tous les magasins et nous, on dit non", a-t-elle ajouté. "Totalement faux", a répondu la direction, soulignant que les Champs-Elysées étaient "une zone touristique atypique".

La décision a été "scrutée de très près par les responsables syndicaux des divers magasins parisiens comme les Galeries Lafayette, le BHV, Monoprix, Abercrombie & Fitch ou bien Marionnaud", a assuré à l'AFP, Céline Carlen, déléguée CGT des Galeries Lafayette du boulevard Haussmann, présente à la sortie du tribunal.

"Pour la cour d'appel, il y a une évidence : Sephora viole la loi", a relevé Stéphane Kadri, avocat du Clic-P.

Sur le travail nocturne, la loi dispose que le recours au travail entre 21H00 et 06H00 est en principe exceptionnel et doit être justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale. Une autre période de travail de nuit peut toutefois être prévue par un accord de branche ou d'entreprise.

En première instance, en décembre 2012, le tribunal de grande instance de Paris avait estimé qu'il n'y avait pas lieu à référé sur la demande des syndicats. Ils avaient fait appel.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant