Le made in Spain à l'export

le
0
Le made in Spain à l'export
Le made in Spain à l'export

Le 12 octobre c'est la fête nationale espagnole mais aussi la journée de l'hispanité ("El día de la hispanidad"). Jour qui rappelle qu'en matière de conquêtes l'Espagne a toujours eu un temps d'avance depuis 1492. Et footballistiquement le made in Spain s'exporte de nos jours plutôt bien, et un peu partout sur le globe, sur les bancs de touche comme sur les terrains. Derrière les têtes de gondoles Guardiola ou De Gea, l'on trouve des seconds couteaux qui représentent également l'essor du football espagnol à l'étranger, chacun à leur niveau. Direction le Azam FC entrainé par Zeben Hernández en Tanzanie ou la ville de Tabriz en Iran, nouveau temple de l'ancien gardien du Deportivo La Corogne, Manuel Fernández.

Zeben Hernández, Espagne --> Tanzanie


Zeben Hernández était un parfait inconnu au-delà de ses îles Canaries avant de traverser l'Afrique d'ouest en est. Il n'avait coaché jusqu'alors que son club de Santa Úrsula en tercera división (équivalent de la CFA) sur l'une des îles de l'archipel. Âgé de 32 ans, il a répondu en fin de saison dernière à une offre de travail en Tanzanie. Le club de première division du Azam FC était à la recherche d'un staff pour faire progresser son équipe première et le club.


Le Tinerfeño (originaire de Tenerife en VO) Zeben Hernández, et son staff composé de quatre autres espagnols, ont donc débarqué en Tanzanie en juin dernier : "En réalité notre arrivée est un peu le fruit du hasard. Mais un hasard provoqué par le travail. Venir ici présenter notre projet pour ce club et être retenu est quelque chose de valorisant. Bien sûr, quand on a annoncé à nos proches que nous partions en Tanzanie, ils ont eu du mal à y croire. Mais finalement, eux comme nous, on vit cette situation le plus normalement du monde. Le fait de venir à plusieurs ça change pas mal de choses. C'est plus facile au quotidien et surtout nous apportons au club des choses que je n'aurais jamais pu apporter tout seul."

Un David De Gea bis


La force collective espagnole pour conduire le Azam FC au sommet du championnat tanzanien. Ce championnat national, comment le situer justement ? Le coach préfère parler des joueurs de son club : "Par rapport au niveau de mes joueurs, dans notre équipe première environ les trois-quart des joueurs ont un niveau de segunda B (National) et le dernier quart a un niveau de segunda A (deuxième division). Après dans les autres équipes le niveau est très hétérogène… Ici au club nous avons la chance d'avoir des infrastructures (espace de vie en commun, piscine, gymnase, deux terrains artificiels et un en herbe) qui vont nous…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant