Le Luxembourg profite de l'européanisation des fonds

le
0
(NEWSManagers.com) -

Les fonds coordonnés (Ucits) transfrontières représentent désormais près de 15 % du marché européen des fonds, qui se monte à 3.886 milliards d'euros, montre la dernière étude de Lipper FMI réalisée pour le compte de l'Association luxembourgeoise des fonds d'investissement ( Alfi). Et cette proportion pourrait doubler d'ici à 2020, estime le rapport. Ce pourcentage masque néanmoins une situation assez contrastée. Ainsi, le pays le plus ouvert aux fonds étrangers est la Suisse, avec une part de marché de 37,5 %. Viennent ensuite les Pays-Bas, avec 31,7 %, l'Italie et l'Autriche, avec plus de 21 %.

A contrario, parmi les pays les moins " accueillants" figure la France, avec seulement 7,2 % des actifs qui sont le fait de fonds étrangers. Lipper note que bien qu'étant indiscutablement le plus gros marché européen, le marché français est " l'un des plus difficiles d'accès pour les groupes étrangers" . Lipper explique cela par l'importance relative des fonds monétaires français, qui représentent plus de 50 % du total des encours des fonds domestiques. Une classe d'actifs qui est inévitablement dominée par les gros fournisseurs locaux. Les ambitions des groupes étrangers sont aussi freinées par la domination des banques françaises en matière de gestion d'actifs.

Cette " européanisation" du secteur de la gestion d'actifs semble sans surprise profiter au Luxembourg, puisque, à la fin 2009, les encours des fonds domiciliés au Luxembourg représentaient 32 % du total européen de 4.817 milliards d'euros (chiffre qui inclut les fonds institutionnels). Et cette part devrait passer à 38 % en 2014, prédit Lipper FMI. Ce dernier anticipe en effet une accélération de la migration des plates-formes de gestion d'actifs au Luxembourg, comme ce qui s'est déjà passé pour les Pays-Bas.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant