«Le loup solitaire, cauchemar de toutes les polices»

le
0
INTERVIEW - Spécialiste de l'extrême droite, Jean-Yves Camus, chercheur associé à l'Iris (Institut des relations internationales et stratégiques) analyse l'affaire de Toulouse et Montauban.

Parmi les pistes explorées figure celle de la mouvance néonazie. Les enquêteurs ont étudié le cas de trois anciens militaires du 17e Régiment du génie parachutiste qui avaient été renvoyés de l'armée en 2008. Ils s'étaient pris en photo en faisant le salut hitlérien sur fond de croix gammée.

LE FIGARO. Des membres de la mouvance néonazie sont-ils capables de commettre des actes tels que les fusillades contre des militaires (dont deux d'origine maghrébine et un Antillais) et une école juive?

Jean-Yves CAMUS. L'ultra-droite radicale ne rassemble en France que quelques centaines d'individus, un millier tout au plus, des jeunes pour la plupart, mal insérés socialement, aux convictions aussi établies que sommaires. Jusqu'à présent, elle ne s'est pas manifestée par des actions déterminées et le recours aux armes. Elle se signale par des profanations de cimetières, des tags avec des croix gammées, voire des agressions physiques à l'arme blanche. En 2004, un milita

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant