Le LOSC coule à Reims

le
0
Le LOSC coule à Reims
Le LOSC coule à Reims

Un début de match catastrophique et une fin de match pathétique: c'est officiel, Lille est au fond du trou. De son côté Reims enchaine tranquillement un cinquième match sans défaite. Suffisant pour sauter le LOSC au classement.
Certains gestes résument parfois à eux seuls tout le mal-être d'une équipe en crise. Et des vilains gestes, il y en a eu une flopée en ce début de soirée à Auguste-Delaune. Le problème pour René Girard, c'est qu'ils sont tous à mettre à l'actif de ses joueurs. Entre la misérable tentative de roulette de Rio Mavuba en plein milieu de sa surface de réparation, un raté maladroit de Nolan Roux ou un premier tacle en retard de Sébastien Corchia, il y a match. Heureusement, Sébastien Corchia a décidé d'éviter le recours à la photo-finish. Pour départager tout ce beau petit monde, le latéral lillois sort donc le grand jeu et ponctue le parcours d'obstacle de Gaëtan Charbonnier d'un tacle aussi suicidaire qu'inutile en pleine surface. On ne joue que depuis 25 minutes, il ne fait pas encore noir, mais Corchia prend le rouge et Lille son premier but. Le début de la fin. Déjà.
Écorché vif
Avant le match, il était déjà possible de détecter quelques indicateurs de la vilaine soirée que d'apprêtait à passer le LOSC. La pelouse en piteux état en était un, la position de René Girard en était un autre. Condamné à brailler ses directives depuis la tribune, l'entraineur lillois à assisté comme tout le monde à un début de match à sens unique. Il ne fallait pas être grand clerc pour avoir compris après à peine dix petites minutes de jeu que ce match-là ne serait pas encore celui de la rédemption pour le LOSC. Comme souvent pourtant, les Nordistes ont d'abord pu compter sur Vincent Enyeama. Décisif à deux reprises en début de match face à un Nicolas de Préville en feu, le Nigérian a peut-être naïvement cru que s'époumoner sur sa ligne, suffirait à inverser la tendance. Au stade où en est aujourd'hui le Lille de René Girard, il en faudrait en fait beaucoup plus. Sébastien Corchia témoigne. Agressif et maladroit dès les premières minutes, le latéral Lillois reflète à merveille le manque de certitude actuel du LOSC. Exclu à la 24e minute, Corchia préférait manifestement quitter le bateau avant qu'il ne coule. Un choix discutable, mais payant. Lui, au moins, ne s'est pas infligé le visionnage des 60 dernières minutes.
Tiki taka sauce Vasseur
À bien y regarder, la vraie surprise est peut-être d'ailleurs d'avoir vu les coéquipiers d'Enyeama tenir pendant les 25 première minutes. La transformation de l'indiscutable penalty par Benjamin Moukandjo allait mettre fin à...



Certains gestes résument parfois à eux seuls tout le mal-être d'une équipe en crise. Et des vilains gestes, il y en a eu une flopée en ce début de soirée à Auguste-Delaune. Le problème pour René Girard, c'est qu'ils sont tous à mettre à l'actif de ses joueurs. Entre la misérable tentative de roulette de Rio Mavuba en plein milieu de sa surface de réparation, un raté maladroit de Nolan Roux ou un premier tacle en retard de Sébastien Corchia, il y a match. Heureusement, Sébastien Corchia a décidé d'éviter le recours à la photo-finish. Pour départager tout ce beau petit monde, le latéral lillois sort donc le grand jeu et ponctue le parcours d'obstacle de Gaëtan Charbonnier d'un tacle aussi suicidaire qu'inutile en pleine surface. On ne joue que depuis 25 minutes, il ne fait pas encore noir, mais Corchia prend le rouge et Lille son premier but. Le début de la fin. Déjà.
Écorché vif
Avant le match, il était déjà possible de détecter quelques indicateurs de la vilaine soirée que d'apprêtait à passer le LOSC. La pelouse en piteux état en était un, la position de René Girard en était un autre. Condamné à brailler ses directives depuis la tribune, l'entraineur lillois à assisté comme tout le monde à un début de match à sens unique. Il ne fallait pas être grand clerc pour avoir compris après à peine dix petites minutes de jeu que ce match-là ne serait pas encore celui de la rédemption pour le LOSC. Comme souvent pourtant, les Nordistes ont d'abord pu compter sur Vincent Enyeama. Décisif à deux reprises en début de match face à un Nicolas de Préville en feu, le Nigérian a peut-être naïvement cru que s'époumoner sur sa ligne, suffirait à inverser la tendance. Au stade où en est aujourd'hui le Lille de René Girard, il en faudrait en fait beaucoup plus. Sébastien Corchia témoigne. Agressif et maladroit dès les premières minutes, le latéral Lillois reflète à merveille le manque de certitude actuel du LOSC. Exclu à la 24e minute, Corchia préférait manifestement quitter le bateau avant qu'il ne coule. Un choix discutable, mais payant. Lui, au moins, ne s'est pas infligé le visionnage des 60 dernières minutes.
Tiki taka sauce Vasseur
À bien y regarder, la vraie surprise est peut-être d'ailleurs d'avoir vu les coéquipiers d'Enyeama tenir pendant les 25 première minutes. La transformation de l'indiscutable penalty par Benjamin Moukandjo allait mettre fin à...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant