Le logiciel espion «Regin» servirait à la NSA et au renseignement britannique

le
0
Le logiciel espion «Regin» servirait à la NSA et au renseignement britannique
Le logiciel espion «Regin» servirait à la NSA et au renseignement britannique

Révélé dimanche par la société spécialisée en sécurité informatique Symantec, «Regin» n'aura pas tardé à «parler». Selon une enquête menée par le site américain The Intercept, qui s'appuie sur des analyses techniques, ce logiciel espion aurait été l'instrument de cyberattaques conduites par les renseignements américain et britannique. 

Le malware (logiciel malveillant, ndlr) a été trouvé sur les systèmes informatiques et les serveurs de Belgacom, fournisseur belge d'accès à Internet, après qu'il a été la cible en 2010 d'une opération de surveillance menée par le Government communications headquarters, un service de renseignements britannique. 

«Regin» a également été repéré sur les systèmes informatiques de l'Union européenne qui ont été la cible d'espionnage par la National Security Agency (NSA) américaine. Ces deux opérations de surveillance avaient été révélées en 2013 grâce à des documents rendus publics par Edward Snowden.

Un logiciel très «sophistiqué»

The Intercept, site d'informations créé par Glenn Greenwald, journaliste qui a publié de nombreuses révélations du lanceur d'alertes, cite des sources «industrielles» et d'autres, internes à Belgacom et à l'UE.

Ronald Prins, un expert de Fox IT, la société chargée de nettoyer les réseaux de Belgacom, a affirmé à The Intercept que «Regin» était le «malware le plus sophistiqué» qu'il a jamais étudié. Après avoir analysé le logiciel malveillant, il s'est dit «convaincu que «Regin» était utilisé par les services de renseignements américain et britannique».

Interrogé sur ces informations, un porte-parole de la NSA a répondu : «Nous n'allons pas commenter des rumeurs». Dimanche, Symantec avait donné la liste des principaux pays victimes de «Regin» : la Russie, l'Arabie saoudite , le Mexique, l'Irlande, l'Inde, l'Afghanistan, l'Iran, la Belgique, l'Autriche et le Pakistan. Mais on ne savait pas qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant