Le lobbying de Servier pour minimiser ses responsabilités

le
0
INFO LE FIGARO - Des écoutes téléphoniques montrent qu'avant l'été, le fabricant du Mediator a tenté d'infléchir le texte de Xavier Bertrand à l'Assemblée.

Il a toujours été déconseillé de parler au téléphone quand on fait l'objet d'une instruction judiciaire. Les dirigeants du laboratoire Servier devraient le savoir. L'hiver dernier, le tribunal de grande instance de Paris ouvrait une information judiciaire dans l'affaire du Mediator. Mercredi dernier, Jacques Servier a été mis en examen ainsi que six entreprises du groupe. C'est dans le cadre de cette instruction que les magistrats instructeurs ont mis les cadres de Servier sur écoute cet été.

Le Figaro a eu accès à la «communication n° 93», selon la classification établie par la police judiciaire de la rue des Saussaies. Datée du 14 juin dernier, cette conversation est éloquente. Elle se tient entre Lucy Vincent, porte-parole de Servier mais aussi directrice générale chargée des relations extérieures, et Christian Bazantay, le secrétaire général du laboratoire. Avec Jean-Philippe Seta, jusqu'à présent dauphin désigné de Jacques Servier, Christian Bazant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant