Le livret A restera un placement défiscalisé

le
2
Le relèvement du plafond du livret A annoncé mercredi par le gouvernement sera sans effet sur le fiscalité du placement a précisé Jérôme Cahuzac le ministre délégué au Budget.

Préconisée par la Cour des comptes, la fiscalisation du livret A n'aura finalement pas lieu. Le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac, invité ce matin sur RMC-BFM TV, a affirmé que le relèvement du plafond du livret, qui va grimper de 25 % de 15.300 euros à 19.125 euros dans les prochains jours avant une nouvelle hausse en fin d'année, sera sans effet sur le régime fiscal du placement.

Aujourd'hui le livret A et le livret de développement durable (LDD), rémunérés à 2,25 %, bénéficient d'une exonération fiscale et sociale totale. Un avantage que la Cour des comptes juge contre productif pour l'économie française car il favorise l'épargne à cour terme, plébiscitée par les Français au détriment de placements davantage tournés vers les entreprise. Hier, le premier ministre Jean-Marc Ayrault avait fait planer le doute sur une modification de cette réglementation, laissant la porte ouverte à l'application des prélèvements sociaux sur la nouvelle tranche de dépôt permise par le rehaussement du plafond. Soit sur les sommes déposées au-delà de 15.300 euros. Une façon aussi de combler partiellement le manque à gagner pour les caisses de l'État. Cette décision «n'est pas prise», avait répondu le premier ministre, précisant qu'elle pourrait l'être, le cas échéant, dans le cadre du budget 2013 débattu fin septembre.

Ces déclarations n'ont pas manqué de provoquer des réactions, notamment, chez les associations d'épargnants. «Le livret A est un produit d'épargne très simple. Le fiscaliser ne serait-ce que partiellement viendrait porter atteinte à cette épargne dite populaire. Il y a aussi une raison évidente de ne pas décider de cette fiscalisation ou parafiscalisation par les contributions sociales c'est que les intérêts économiques en cause sont très limités puisque (...) cela reviendrait à fiscaliser les 2,25 % d'intérêt que produisent 4000 euros. C'est à dire quelques poussières fiscales qui ne justifient pas une telle complication», affirmait ce matin Serge Maître, président de l'association française des usagers des banques (AFUB) sur Europe 1.

Jérôme Cahuzac a finalement retiré la menace des 15,5 % de taxes sociales. «Le Livret A a bénéficié d'une fiscalité dérogatoire et il n'est pas prévu de modifier cette fiscalité dérogatoire», a-t-il assuré. Selon lui, «il serait absurde, au moment où nous avons l'intention de doper la construction de logements sociaux, car nous manquons cruellement de logements dans notre pays (...), d'en modifier de manière défavorable la fiscalité». 2012 s'annonçait déjà comme un cru record, les épargnants devraient donc pouvoir continuer de remplir leur livret A en toute tranquillité.

LIRE AUSSI:

» Le plafond du livret A va être relevé en deux temps

» La détention du livret A mieux encadrée

» La Cour des comptes prône une taxation sur le livret A

» Une mesure très attendue par les épargnants

» À quoi sert l'argent du livret A?

» Le Livret A rapporte autant que la moitié du CAC 40

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • london le jeudi 23 aout 2012 à 19:24

    Si taxes sur le livret, ils peuvent meme mettre la limite à 100 000 euro, dans 6 mois il reste rien

  • mmoi1214 le jeudi 23 aout 2012 à 19:04

    2012 non et 2013 peu etre c est vraiment du n importe quoi