Le Livret A renaît de ses cendres

le
0

Le mois dernier, il a attiré 1,14 milliard d'euros. Il s'agit du niveau de collecte le plus élevé depuis 2014. Les Français ont digéré la baisse du taux du Livret A à 0,75% en août 2015.

Le Livret A renaît de ses cendres. En août, les Français ont versé sur ce placement 1,14 milliard (dépôts moins les retraits) et ils ont aussi alimenté leur Livret de développement durable (LDD), y plaçant 250 millions d'euros. Il s'agit du niveau de collecte le plus élevé depuis 2014! Et c'est la première fois depuis 2012, que les dépôts sont supérieurs aux retraits au mois d'août. Mais en 2013, 2014 et 2015, le taux d'intérêt servi sur ce produit avait baissé le 1er août. Cette année, rien de tel. La rémunération du Livret A et du LDD a été maintenue à 0,75% net d'impôt. Et le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau a indiqué qu'elle ne changerait pas avant août 2017. C'est-à-dire après les élections présidentielles.

«Les Français ont digéré la baisse à 0,75 % du taux du Livret A. La preuve étant que, depuis le mois de mars, la collecte nette est redevenue positive»», commente Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'Épargne. À l'issue des huit premiers mois de l'année, le Livret A, dont les fonds servent notamment à financer le logement social, affiche désormais une collecte nette positive de 2,12 milliards d'euros.

Il a fallu près de deux ans aux épargnants «pour digérer», les baisses successives du taux de ce placement très populaire (plus de 60 millions de livret A). Mais, dans le contexte actuel de taux d'intérêt au plancher, il est difficile de trouver mieux pour son épargne de précaution. D'autant, que le rendement des Plans d'épargne logement (PEL) ouverts depuis le 1er août est tombé à 1% (ou 0,84% après prélèvements sociaux), contre 1,5% précédemment. «Les ménages ont décidé de réorienter une partie de leurs dépôts à vue non rémunérés (NDLR: historiquement élevée) sur l'épargne réglementée. Il semble que la décision d'abaisser le taux du Plan d'Épargne Logement ait incité les ménages à se reporter sur le Livret A et le LDD», estime Philippe Crevel. «La baisse continue des taux des livrets bancaires (0,44 % en juillet) qui sont par ailleurs assujettis à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux constitue un autre argument qui plaide en faveur du Livret A», ajoute-t-il.

De façon générale, même si les placements ne rapportent plus guère, les Français ont beaucoup épargné pendant l'été. En juillet, ils ont ainsi placé 3,4 milliards d'euros nets (Dépôts diminués des versements), sur des contrats d'assurance-vie. Il s'agissait du chiffre mensuel le plus élevé depuis l'été dernier. Le premier mois des congés d'été est traditionnellement un bon cru.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant