« Le Livre de la jungle » : le retour en pixels des mythes de Kipling

le
0
Neel Sethi dans le film américain de Jon Favreau, "Le Livre de la jungle" ("The Jungle Book"), sorti en salles mercredi 13 avril 2016.
Neel Sethi dans le film américain de Jon Favreau, "Le Livre de la jungle" ("The Jungle Book"), sorti en salles mercredi 13 avril 2016.

Cinquante ans après, Disney redonne vie à Mowgli, seul humain dans une jungle numérique.

L’avis du « Monde » – A voir

Vu d’un fauteuil de cinéma, Le Livre de la jungle reste le dernier long-métrage d’animation supervisé par Walt Disney avant sa mort, en 1966. Un film burlesque, qui introduisait dans le cinéma pour enfants des éléments de pastiche destinés aux adultes (la marche des éléphants empruntée au Pont de la rivière Kwaï, par exemple), procédé destiné à un grand avenir. A la sortie du film, en 1967, la fraction du public qui avait fait la connaissance de Mowgli, Akela, Baloo et Bagheera, dans le recueil de contes de Rudyard Kipling, avait hurlé à la trahison avec la vigueur d’une meute de loups un soir de pleine lune.

Un demi-siècle plus tard, le même studio propose une autre édition du Livre de la jungle, plus proche de la prose du grand littérateur colonial britannique, plus propre à émerveiller qu’à faire rire. Les progrès de l’image numérique sont venus donner une apparence de substance à la fantaisie de Kipling, et le Mowgli de chair et d’os (le jeune Neel Sethi, plus proche, par ses mines et ses regards, de Shirley Temple que du jeune Jean-Pierre Cargol, L’Enfant sauvage, de Truffaut) s’ébat et dialogue avec loups, panthère, ours et python de pixels.

Proposé en relief, le film de Jon Favreau prend ainsi l’aspect à la fois concret et fabuleux des vues stéréoscopiques d’antan. La faune et la flore de la jungle luxuriante et des plateaux arides feront sans doute sourire les spécialistes des écosystèmes indiens, mais ils font des décors à l’exacte me...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant