Le lion se meurt

le
0
Le lion se meurt
Le lion se meurt

Dans les années 1960, il régnait encore en maître au coeur de la savane. Le roi des animaux comptait alors plus de 100 000 congénères à travers le globe. Cinquante ans plus tard, victime de l'urbanisation galopante et de la chasse, la population de lions a été décimée. Certains experts évaluent à 30 000 le nombre de félins sauvages encore en vie. La situation est particulièrement dramatique en Afrique de l'Ouest où l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), à l'issue d'un nouveau recensement, vient de classer le lion en danger critique d'extinction.

Si les Etats ne réagissent pas à ce cri d'alerte, « dans cette région, il risque très fort de disparaître à moyen terme en raison de la dégradation de son habitat, d'une diminution de l'abondance de ses proies et du braconnage », énumère Florian Kirchner, spécialiste des espèces au sein de la branche française de l'UICN. Un déclin rapide de la population de lion est également constaté en Afrique de l'Est, où l'animal était pourtant omniprésent. « Le commerce des os et autres parties du corps utilisés en médecine traditionnelle, tant dans la région elle-même qu'en Asie, apparaît comme une nouvelle menace pour l'espèce » déplore l'UICN.

D'après l'ONG écologiste Robin des bois, les saisies de peaux, de  griffes, de pattes et de crinières se sont multipliées ces dernières années. Les trafiquants traquent notamment le roi des animaux pour sa peau qui peut se revendre au marché noir entre 2 000 et 4 000 $ et finir dans le salon d'un collectionneur peu scrupuleux. « L'an dernier, des crocs provenant d'une douzaine de lions ont été saisis au Sénégal et en 2013, sept peaux et cinq têtes de lion ont été saisies au Togo, explique Charlotte Nithart, spécialiste du dossier au sein de l'association. Si le braconnage s'est accéléré, le lion est aussi victime du mitage de la savane où le félin ne vit plus que sur 1 % de l'espace ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant