Le Liban va reporter à 2017 les législatives, dit un ministre

le
0

BEYROUTH, 13 octobre (Reuters) - Les élections législatives prévues en novembre au Liban vont être reportées à 2017 car l'instabilité créée par la guerre en Syrie rend impossible l'organisation du scrutin sur l'ensemble du territoire, a déclaré lundi à Reuters un ministre s'exprimant sous le sceau de l'anonymat. Le parlement devrait entériner ce report, le deuxième pour ces élections initialement prévues en juin 2013, d'ici fin octobre, a ajouté ce ministre. Il déclarera que les élections sont repoussées de deux ans et sept mois, ce qui signifie que les députés actuels auront effectué deux mandats consécutifs de quatre ans. "Il n'est plus possible d'organiser les élections en raison de la détérioration de la situation en matière de sécurité dans le pays", a dit ce ministre, en évoquant les violences qui éclatent régulièrement le long de la frontière avec la Syrie. La guerre en Syrie voisine alimente les tensions confessionnelles au Liban et fragilise son équilibre institutionnel, lequel prévoit la répartition des postes entre les différentes communautés. Les députés sont eux-mêmes divisés entre partisans et adversaires du régime syrien de Bachar al Assad et sur les moyens d'atténuer les conséquences de la guerre en Syrie sur le Liban, qui accueille environ un million de réfugiés syriens. Ces divisions ont plongé les institutions dans une situation de blocage, les 128 députés étant incapables de s'entendre pour désigner un successeur au président Michel Sleimane, dont le mandat a expiré en mai. D'après le ministre interrogé par Reuters, le Parlement précisera que les élections ne pourront avoir lieu que lorsqu'un nouveau président aura été choisi, un nouveau gouvernement formé et une nouvelle loi électorale adoptée. (Laila Bassam; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant