Le Liban prudent sur l'éclosion du «printemps arabe» syrien

le
0
Le petit pays du Cèdre, dont les troupes syriennes se sont pourtant retirées en 2005, observe avec attention l'évolution de la contestation populaire chez son voisin

Depuis des décennies, pas une analyse de la situation politique libanaise n'est possible sans référence à un acteur majeur : Damas. C'est dire si le petit pays du Cèdre, dont les troupes syriennes se sont pourtant retirées en 2005, observe avec attention l'évolution de la contestation populaire en Syrie.

Pour l'instant, les Libanais sont encore plus prudents que les Syriens eux-mêmes, attendant de voir si les fleurs du «printemps arabe» vont éclore à Damas ou pas. À en croire les journaux, le sort du gouvernement libanais continuerait d'ailleurs de se jouer de l'autre côté de la frontière : les rencontres cette semaine avec Bachar el-Assad de différents représentants de la nouvelle majorité parlementaire emmenée par le Hezbollah sont présentées comme le signe d'un «feu vert syrien» à l'accélération de la formation du cabinet de Nagib Mikati.

Désigné premier ministre en janvier, le richissime homme d'affaires n'a pas encore réussi à concocter une f

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant