Le Liban a un nouveau gouvernement après des mois de blocage

le
0
Le Liban a un nouveau gouvernement après des mois de blocage
Le Liban a un nouveau gouvernement après des mois de blocage

La composition du nouveau gouvernement libanais a enfin été révélée ce samedi, après pas moins de dix mois de blocage. Et l'un des premiers défis de cette équipe sera ... de s'entendre. Formé de 24 ministres, - dont une seule femme - ce gouvernement dit «de compromis» réunit en effet deux partis rivaux : le mouvement chiite Hezbollah et la coalition «du 14 mars», de l'ex-premier ministre sunnite Saad Hariri.

Sous la coupe de Tammam Salam, cette formation se veut la plus mixte possible, au risque de réunir des adversaires. Un gouvernement «rassembleur», qualifie le Premier ministre, qui demeure «la meilleure formule pour permettre au Liban de faire face aux défis». Huit portefeuilles vont ainsi au Hezbollah, huit à la coalition «du 14 mars», et huit, enfin, aux proches du président neutre Michel Sleimane et du leader centriste Druze Walid Joumblatt. Cet équilibre volontaire ne permet à aucun des deux groupes rivaux d'avoir un droit de veto sur les décisions gouvernementales. Au cours des dix derniers mois, plusieurs tentatives de formation avaient finalement avorté. Ce samedi, les responsables politiques libanais ont globalement salué cette nouvelle formation, entre espoir et optimisme. 

Hollande appelle à aider le nouveau gouvernement

Le président français a lui aussi félicité «la formation d'un gouvernement d'entente au Liban». Dans un communiqué, François Hollande loue le fait que «Le Liban dispose maintenant d'un gouvernement de plein exercice pour faire face aux multiples défis qu'il affronte». Et d'interpeller : «Il est important que la communauté internationale lui prête assistance. C'est le sens du Groupe international de soutien au Liban qui se réunira prochainement à Paris». François Hollande a enfin rappelé «la pleine disponibilité de la France dans le cadre de son engagement aux côtés du Liban». Les deux pays ont un lien historique. La France avait en effet été mandatée, à la suite du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant