Le levier du crédit de Sofipierre dynamise les investissements

le
0

A l’issue de l'exercice 2014, le conseil de surveillance de Sofipierre (Sofidy) ne ménage pas ses louanges en soulignant « l’importance et la qualité du travail accompli ». Les performances  sont là pour en témoigner : le taux de distribution s'élève à 5 % tout en constatant un prix moyen de la part en hausse de 1,83 % revue de détail.

Une collecte (7,1m€) adaptée. Elle a assuré une parfaite liquidité du marché secondaire comme plusieurs acquisitions (11,7m€). Axée uniquement sur des commerces (Paris, Lyon, Belgique) ces investissements procurent rentabilité globale de 6,41 %. Malgré une trésorerie de 4,8m€ fin décembre en attente d'être investie,  Sofipierre a préféré profiter du bas niveau des taux pour financer ses acquisitions ce qui porte son endettement total à 26,7m€ (dont 3,3m€ au titre de 2014) soit 32,4 % de la valeur des actifs immobiliers. Par rapport à la valeur d'expertise du patrimoine, l'endettement ressort à 36,7 % contre 40,6 % fin 2013.

Des arbitrages ciblés. Ils se sont déroulés conformément à une stratégie visant à céder des logements (1,5m€ Paris et Nîmes) au profit d'actifs commerciaux.

Une gestion locative efficace. Les actions menées pour améliorer le taux d’occupation financier ont été récompensées. Il  ressort en moyenne à 93,08 %. Une hausse significative par rapport à 2013 où il atteignait à 89,96%.

Les résultats financiers satisfaisants: L’emploi de la trésorerie disponible et l’augmentation du taux d’occupation ont permis une hausse du revenu par part sur l’exercice (+ 0,4 %). La maîtrise des charges immobilières et la diminution des charges financières ont également concouru à l’amélioration du résultat courant qui s’établit à 27,52 € (+ 7,8 %, 25,54€). Et le dividende (27€) rapporté au prix moyen acquéreur (540€) a offert aux associés un taux de distribution de 5 %. Ce niveau est moindre qu'en 2013 (5,09%) mais il ne faut pas oublier aussi que le prix de la part a augmenté en parallèle de 1,83 % sur un an. Elle est passée de 530,3€ à 540€. Enfin, il faut noter que le dividende s'est maintenu grâce à un prélèvement de 0,95€ sur le report à nouveau. Ce dernier s'élève à 13,19€ soit près de 6 mois de distribution.

Et l'avenir ? Sofipierre entend continuer d’investir de façon sélective dans des actifs majoritairement commerciaux et accessoirement de bureaux. Bien sûr, grâce à un « recours modéré à l’emprunt ». Conformément à des statuts prévoyant un plafond maximum d’endettement « fixé à 50 % de la valeur de réalisation des immeubles fin décembre », Sofidy estime nécessaire de relever son enveloppe de crédit autour de 41,26m€. Pour cause, depuis le début de l'année, la SCPI a réalisé de nombreuses acquisitions (8,7m€) un peu partout en France tandis que la collecte (nette) atteint 4,5 m€. Du côté du taux d'occupation, tout va bien. Il continue de grimper pour s'établir à 95,21 % au 2ème trimestre. Enfin, comme l'année dernière à la même époque, Sofipierre a versé un dividende de 5,01€. De quoi ne pas perturber les prévisions annuelles toujours prudentes de Sofidy : sur l'ensemble de l'année, Sofipierre devrait distribuer un revenu dans une fourchette comprise entre 26€ et 28€.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant