Le Legia Varsovie, ce n'est pas que de la pyrotechnie

le
0
Le Legia Varsovie, ce n'est pas que de la pyrotechnie
Le Legia Varsovie, ce n'est pas que de la pyrotechnie

Absent du tour principal de la Ligue des champions pendant deux décennies, le Legia Varsovie a commencé sa campagne européenne par un humiliant 0-6 concédé à domicile face à Dortmund. Mais malgré la gifle, malgré la mauvaise forme du moment, c'est un club incontournable du football polonais qui s'est immiscé cette saison dans le grand raout continental. Une institution qui mérite de la reconnaissance, et pas seulement pour la folie furieuse de ses supporters.

C'était censé être la soirée de la décennie pour les fans du Legia. Mercredi 14 septembre, le club de la capitale polonaise est enfin de retour en phase de poules de Ligue des champions, avec une affiche de gala d'entrée face au Borussia Dortmund. Les joueurs sont remontés, le stade de l'armée polonaise en fusion, les supporters fidèles à leur réputation, faisant un barouf pas possible et accueillant les deux équipes d'un spectaculaire tifo pyrotechnique et d'un message géant aussi malicieux que menaçant : "Guess who's back ?" Devinez qui est de retour ? Avec pareille entrée en matière, il y a ensuite intérêt d'assurer sur le terrain. Sauf que justement, c'est le contraire qui s'est produit pendant les 90 minutes qui ont suivi, avec au final une cuisante défaite 0-6 concédée face à cette injouable formation de Dortmund. Une humiliation renforçant l'impression générale de ce qu'est le football de club polonais en général et le Legia en particulier : des animations folles pour des résultats sportifs ridicules. Tout dans les tribunes, rien sur la pelouse.

Youtube

L'exploit de 69 face à des Verts en pleine ascension


Pourtant, derrière les fumigènes spectaculaires et les déceptions européennes, c'est un vrai beau club de football auquel on a affaire, avec une histoire pas vilaine qui débute il y a exactement cent ans : 1916, des légionnaires issus des différentes armées qui enserrent la Pologne à l'époque trouble de la Première Guerre mondiale fondent ce club qui va longtemps évoluer dans l'ombre des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com