Le leasing, une tendance déconnectée de la crise

le
0
De l'électroménager aux vêtements, de plus en plus de biens sont aujourd'hui proposés en location avec option d'achat. Une nouvelle façon de consommer. La cible n'est pas forcément les petits budgets.

Le système était jusqu'alors réservé aux voitures et aux avions. Le prêt longue durée avec option d'achat ou leasing s'adapte désormais à la vente de biens de très grande consommation. En mars dernier, une société de textile néerlandaise - Mud jeans- a lancé une offre de jeans prêtés pour 5 euros par mois. Au même moment, le spécialiste du café Malongo s'y mettait proposait une machine à expresso en abonnement pour 6,5 euros par mois. Deux cas qui ne sont pas isolés sur le créneau. Montres, sacs et vêtements de luxe ont aussi leurs sites Internet de location-vente.

La machine à café de Malongo proposée à la location.
La machine à café de Malongo proposée à la location.

En permettant d'acquérir des biens sans avoir à débourser des sommes importantes en une seule fois, le concept pourrait, à première vue, tirer profit des petits budgets et se développer grâce à la crise. Une sorte de solution anticrise pour les consommateurs. Pour Marc Vanhuele, professeur de marketing à l'école HEC, il s'agit d'une erreur de diagnostic: «le leasing devient une nouvelle forme de crédit à la consommation, et l'acquéreur doit s'interroger sur le coût de revient final du bien, généralement plus élevé que sa valeur initiale», assure-t-il. «L'attrait du prix ne doit pas être la première motivation, car dans certains cas, il s'agit presque d'arnaque», poursuit le professeur. Pour comprendre le développement du leasing, la bonne question à se poser est celle de la valeur ajoutée pour le consommateur final.

Une nouvelle forme de valeur ajoutée

Alors que le crédit à la consommation marque le pas, Marc Vanhuele croit au développement du leasing. «Dans le cas des jeans, l'entreprise néerlandaise propose la location pour faciliter le recyclage des vêtements. L'achat n'est pas l'objectif premier. L'offre s'adresse à un public préoccupé par la question écologique», affirme ce dernier. La location longue durée peut aussi séduire les fans de technologie qui préfèrent louer un produit et en changer dès qu'il devient obsolète. Les opérateurs de téléphonie déclinent volontiers ce système en proposant des mobiles payés par l'abonnement. La formule peut aussi être une garantie de performance, le consommateur disposant toujours d'un bien en parfait état de marche. Enfin, le leasing peut être un moyen de tenter de nouvelles expériences, de prendre un bien à l'essai. Des constats qui s'appliquent également au secteur de la mode. «Je crois que nous verrons encore des explorations dans ce domaine dans les prochaines années», assure Marc Vanhuele.

Cette tendance est-elle positive pour l'économie en général? «Une perceuse, par exemple, est en moyenne utilisée deux à trois fois par an. Mis en location, un seul de ces outils pourrait suffire à satisfaire les besoins des habitants d'une rue entière», illustre Marc Vanhuele. Le développement du leasing pourrait donc nuire à la vente traditionnelle et ralentir la croissance. Le professeur envisage davantage un transfert du pouvoir d'achat des ménages vers un autre secteur, celui des services.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant