Le leadership européen de Merkel en question

le
0
L'autorité de la chancelière allemande s'étiole alors que la Cour constitutionnelle rend sa décision mercredi sur le Mécanisme européen de stabilité.

À un an des législatives allemandes de septembre 2013, rien ne semble pouvoir empêcher la réélection d'Angela Merkel pour un troisième mandat. Instituts de sondages et politologues résument le suspense à la couleur de son futur partenaire de coalition, alors que la chancelière est le seul dirigeant politique européen dont la popularité n'a pas souffert de la crise dans la zone euro. Perçue par ses concitoyens comme un rempart face aux dangers de la crise, la femme la plus puissante du monde a cependant quelque peu perdu la main sur son thème central de campagne électorale.

Mercredi, le destin de l'euro ne sera plus entre les mains de celle que les Allemands aiment appeler «Mutti» ou leur «chancelière de fer». C'est le président de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, Andreas Volksruhe, considéré comme l'homme le plus influent du pays et les sept sages réunis autour de lui, qui décideront de la légalité du Mécanisme européen de stabilité (MES) et du pact

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant