«Le leadership de l'Europe en Libye renforce l'Otan» 

le
0
INTERVIEW - Anders Fogh Rasmussen, patron de l'Alliance atlantique, réitère la mise en garde américaine sur le partage du fardeau budgétaire.

Anders Fogh Rasmussen, 58 ans, ancien chef du gouvernement danois, est secrétaire général de l'Alliance atlantique depuis août 2009.

LE FIGARO - L'offensive aérienne contre le régime Kadhafi entre dans son quatrième mois. Rome dit vouloir la suspendre sans délai. Londres et Paris se demandent s'ils pourront continuer longtemps. Le Congrès américain pourrait couper les fonds. Faut-il revoir la mission?

Anders Fogh Rasmussen - Non, tout au contraire. Nous continuons. Nous irons jusqu'au bout. La mission vient d'être prolongée de trois mois et les alliés se sont engagés à fournir l'effort nécessaire pour une opération soutenue. Nous prendrons le temps qu'il faudra jusqu'à ce que l'objectif militaire soit atteint: arrêt total des attaques contre les civils libyens, retour des forces armées dans leurs casernes et liberté d'acheminement de l'aide humanitaire.

Kadhafi est-il plus coriace que prévu ?

Ce n'est pas une surprise, il est imprévisible. Nous savions

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant