Le lapsus de Sarkozy: la France "toujours du côté des dictateurs

le
15

Au cours de son discours à La Baule, Nicolas Sarkozy a fait un lapsus en affirmant que la France avait "toujours été du côté des dictateurs". Le président des Républicains a continué son discours, sans avoir semblé s'en rendre compte. Durée: 00:27

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ptn92 le lundi 5 oct 2015 à 16:02

    Mais non, c'est la réalité .

  • NYORKER le mardi 29 sept 2015 à 15:21

    son discours

  • NYORKER le mardi 29 sept 2015 à 15:19

    De grand Sarkozy sont discours

  • jjd47 le mercredi 23 sept 2015 à 13:54

    Ni la France, ni les Français, mais les dirigeants politiques, oui, , ils sont toujours du côté des dictateurs quand ils sont forts(Poutine, la Chine), mais ont vite fait de tourner casaque dès qu'ils faiblissent

  • Revlon9 le mardi 22 sept 2015 à 15:14

    A 100000E la conf

  • 300CH le vendredi 18 sept 2015 à 22:13

    mdr, Sarkomance

  • bearnhar le vendredi 18 sept 2015 à 11:51

    Suppression, peut-etre pas, mais est-ce bien raisonnable d'y engloutir 700 millions ? S'arcbouter en s'opposant systématiquement, comme au sujet des 35h, on peut réfléchir dans ce pays ? Réfléchir aussi à ceci, on demande aux petits retraités des dépassements d'honoraires, et pas aux CMU et AME, ça commence à bien faire !

  • noterb1 le mardi 15 sept 2015 à 12:09

    M7970194 mes oreilles aussi son fragiles . Mais c'est tout le charme de ce type qui pourtant ne se prend pas pour rien . Le temps des intellectuels au pouvoir .... c'était avant .

  • noterb1 le mardi 15 sept 2015 à 12:05

    Sarkozy du côté de Kadhafi par exemple . jusqu'au jour où il risquait de devenir trop bavard . Alors il s'est assis sur la résolution de l'ONU comme il s'était assis sur le vote des Français de 2005 ! . Ce type est vraiment un grand démocrate .

  • berco51 le lundi 14 sept 2015 à 21:12

    non de son temps ce n'était pas un lapsus car Alliot Marie voulait envoyer ses émissaires pour expliquer à Ben Ali comment mâter les rebellions.