Le Land de Bavière demande à l'Etat fédéral de renforcer la sécurité

le
0
 (Ajoute précisions, citation du ministre bavarois de 
l'Intérieur) 
    par Jörn Poltz 
    ST QUIRIN, Allemagne, 26 juillet (Reuters) - Le 
ministre-président du Land de Bavière, Horst Seehofer, et son 
ministre de l'Intérieur, Joachim Herrmann, ont estimé mardi que 
la sécurité devait être renforcée en Allemagne pour répondre aux 
inquiétudes des habitants après les nombreuses attaques que 
connaît le pays depuis le 18 juillet. 
    "Nous avons besoin de plus de sécurité en Allemagne", a 
affirmé Horst Seehofer lors d'une conférence de presse, appelant 
le gouvernement fédéral à prendre des mesures. 
    S'exprimant à ses côtés, Joachim Herrmann a estimé que 
l'armée allemande avait un rôle à jouer face au risque 
terroriste et a suggéré qu'elle aide la police. Il a également 
annoncé que les forces de police de Bavière recevraient des 
renforts et du matériel supplémentaire. 
    La politique d'accueil de la chancelière Angela Merkel 
envers les migrants est sous le feu des critiques après qu'une 
série d'attaques a fait quinze morts, dont quatre assaillants, 
et des dizaines de blessés en Allemagne depuis huit jours.  
    Deux attaques liées à la mouvance djihadiste se sont 
produites en Bavière. Le 18 juillet, un demandeur d'asile de 17 
ans a attaqué à la hache et au couteau les passagers d'un train 
circulant à hauteur de la ville de Wurtzbourg. Il a tout d'abord 
été présenté comme un réfugié afghan mais le ministre de 
l'Intérieur Thomas de Maizière a indiqué depuis qu'il venait 
peut-être du Pakistan. 
    Dimanche soir, un réfugié syrien de 27 ans s'est fait 
exploser aux abords d'un festival de musique organisé dans la 
ville d'Ansbach. Il avait pu rester en Allemagne pendant un an à 
cause de problèmes de santé et avait récemment appris qu'il 
allait être renvoyé en Bulgarie. 
    Ces deux attaques, qui ont fait au total une vingtaine de 
blessés, ont été revendiquées par l'Etat islamique. Leurs deux 
auteurs ont été tués. 
     
    "NOUS DEVONS NOUS DEMANDER  
    SI LES LOIS EUROPÉENNES DOIVENT ÊTRE CHANGÉES" 
    La tuerie de Munich, le 22 juillet, qui a fait neuf morts, 
relève d'une autre catégorie: son auteur, un adolescent 
germano-iranien de 18 ans qui s'est suicidé, n'avait pas de lien 
apparent avec l'EI mais semblait en revanche être obsédé par les 
tueries de masse. 
    Pour Joachim Herrmann, l'Allemagne doit empêcher toute 
immigration illégale et incontrôlée et les réfugiés qui 
commettraient des crimes devraient être rapidement expulsés. Il 
a aussi demandé une révision du principe de non-expulsion des 
réfugiés pour raisons de santé.  
    "Nous devons aller jusqu'aux limites autorisées par la loi 
européenne, et nous devons nous demander si les lois européennes 
doivent être changées", a-t-il déclaré. 
    Thomas de Maizière, membre de la CDU de Merkel, a exclu 
lundi tout changement dans la politique d'asile et d'immigration 
tant que les enquêtes sur les attaques ne sont pas terminées. 
    "Les gens sont énervés, remplis de peur, et c'est totalement 
compréhensible", a insisté Horst Seehofer.  
    Dirigeant de l'Union chrétienne-sociale (CSU), alliée de la 
CDU, Seehofer a sommé la classe politique allemande de répondre 
aux inquiétudes de leurs concitoyens en matière de sécurité et 
d'immigration. "Ils ont besoin de réponses fiables des 
responsables politiques et non de débats ou de justifications 
sans fin."  
    "Chaque attaque, chaque acte de terrorisme est un acte de 
trop. Le terrorisme islamiste est arrivé en Allemagne", a-t-il 
dit. 
 
 (avec Andrea Shalal et Erik Kirschbaum à Berlin; Laura Martin 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant