Le Kremlin accentue son emprise sur l'internet russe

le
0
Le Kremlin accentue son emprise sur l'internet russe
Le Kremlin accentue son emprise sur l'internet russe

Après avoir connu des restrictions inédites en 2014, l'internet russe pourrait connaître un nouvel assaut du Kremlin, qui a fait adopter une série de lois permettant de resserrer son emprise sur le cyberespace russe, devenu à ses yeux à la fois outil stratégique et menace.Dernier espace de liberté dans un paysage médiatique cadenassé par le pouvoir, l'internet russe a subi en 2014 "une hausse inédite des tentatives des autorités russes de le verrouiller, avec un volet de lois répressives", s'inquiète Sarkis Davidian, à la tête de l'Association russe des Internautes et qui a participé à la rédaction d'un rapport publié jeudi.L'année passée, les autorités russes ont limité 2.591 fois l'accès au web à des internautes, soit une hausse de 141% par rapport à l'année précédente, d'après le rapport."La tendance devrait se confirmer en 2015. Nous vivons une année charnière pour l'internet russe, l'année de tous les dangers", souligne-t-il.Au coeur des inquiétudes, l'entrée en vigueur d'une loi qui contraint les entreprises web, russes et étrangères, à stocker les données de leurs utilisateurs en Russie."C'est une grosse pierre d'achoppement entre les géants d'internet et les autorités russes. Si les entreprises perdent leur combat, la Russie risque de devenir une nouvelle Chine", dont l'internet est fortement censuré, relève M. Davidian.En décembre, la compagnie américaine Google a pris la décision de transférer tous ses ingénieurs hors de Russie. "On prend nos précautions", a confié à l'AFP une source au sein de l'entreprise.Pour l'expert Alexeï Makarkine, "cette loi pourrait annoncer la volonté des autorités de couper l'internet russe du réseau global".- Des Russes lambda visés - Si 2014 est synonyme de recul des libertés des internautes, c'est à cause d'une loi, entrée en vigueur en février, qui permet sur simple ordre d'un procureur de bloquer l'accès à des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant