Le Koweït veut maintenir le dialogue entre pays Opep et non-Opep

le
0
    DUBAI, 1er juin (Reuters) - Le Koweït tient à ce que soit 
préservé le dialogue entre pays membres de l'Organisation des 
pays exportateurs de pétrole (Opep), dont il fait partie, et les 
pays non-Opep afin d'aboutir à un marché pétrolier mieux 
équilibré, a dit Anas al-Saleh, ministre du Pétrole par intérim. 
    Selon l'agence de presse publique KUNA, il souhaite 
également un prix de l'or noir "juste" aussi bien pour les 
producteurs que pour les consommateurs. 
    Anas al-Saleh a ajouté s'attendre à un accord entre les 
ministres du Pétrole de l'Opep, qui se réunissent jeudi à 
Vienne, sur le nom du nouveau secrétaire général de 
l'organisation, a encore rapporté KUNA. 
    L'Opep a renoncé en décembre dernier à baisser ses objectifs 
de production et elle ne devrait pas revenir en arrière lors de 
la réunion ministérielle du 2 juin, pensent des délégués auprès 
du cartel et des analystes. 
    Mohammed Barkindo, un technocrate du secteur pétrolier 
nigérian, est considéré comme le favori pour le poste de 
secrétaire général de l'Opep, fruit d'un rare compromis au sein 
d'une organisation minée par la montée des tensions entre 
l'Arabie saoudite et l'Iran. 
    L'Opep est en quête d'un remplaçant du Libyen Abdoullah 
al-Badri, élu en décembre secrétaire général par intérim 
jusqu'en juillet après avoir terminé ses mandats pleins à ce 
poste. 
    Après avoir touché fin janvier, début février des creux de 
plus de 12 ans, en raison d'une surabondance de l'offre, les 
cours du pétrole ont depuis connu une vive remontée, à la faveur 
notamment des espoirs, aujourd'hui douchés, d'un gel de la 
production et, plus récemment, d'une série de perturbations du 
côté de l'offre qui ont quelque peu rééquilibré le marché. 
    Les tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, rivaux 
régionaux, ont empêché en avril la conclusion du premier accord 
en 15 ans entre l'Opep et des pays non-Opep sur un gel des 
niveaux de production. 
    Bijan Zanganeh, ministre du Pétrole iranien, a estimé 
mercredi, juste avant de s'envoler pour Vienne pour la réunion 
de l'Opep, que la multiplication par deux des exportations du 
pétrole du pays n'avait pas eu d'effets négatifs sur le marché. 
    "Les exportations de pétrole iraniennes ont doublé entre la 
168e et la 169e réunion de l'Opep. Cette augmentation n'a pas eu 
d'effet négatif sur le marché et a été absorbée par le marché", 
a-t-il dit, cité par l'agence SHANA du ministère. 
 
 (Sylvia Westall et Bozorgmehr Sharafedin, Benoît Van 
Overstraeten pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant