Le Koweït s'offre l'un des plus longs ponts du monde

le
0
EN IMAGES - Le petit émirat construit un pont de 36 kilomètres au-dessus des eaux du Golfe afin de redonner vie à la route de la soie entre l'Asie et l'Europe. L'achèvement des travaux est prévu pour fin 2018.Quand il s'agit de battre des records de hauteur ou de longueur de ponts, la Chine n'est souvent pas très loin. Mais une fois n'est pas coutume, il n'est pas question de l'empire du Milieu mais d'un pays du Moyen-Orient, le Koweït en l'occurrence. Le petit État d'un peu plus de quatre millions d'habitants a prévu de construire un immense pont de 36 kilomètres au-dessus des eaux du Golfe Persique afin de lancer un ambitieux projet censé redonner vie à la route de la soie entre l'Asie et l'Europe. Cet ouvrage monumental va relier la capitale Koweit City à Subbiya, une région du nord du pays, proche des frontières terrestre et maritime avec l'Irak et l'Iran. » Lire aussi - Saurez-vous reconnaître ces célèbres ponts parisiens? (quiz) Baptisé du nom du défunt émir Jaber Al-Ahmad Al-Sabah, le pont prend son point de départ à Shuwaikh, le grand port commercial de l'émirat. Le pont est formé de deux parties: un tronçon principal (près de 24 kilomètres) relie Subbiya par le nord et un autre de 12,4 km met le cap sur l'ouest. «Si nous prenons le pont Subbiya seul, c'est le quatrième plus long du monde», a précisé Ahmad al-Hassan. L'ouvrage va réduire la durée de la traversée de la baie du Koweit à une vingtaine de minutes contre une heure et demie actuellement, selon les promoteurs du projet. Ses travaux ont été réalisés à 73% et les deux composantes de l'ouvrage devront être fin prêtes en novembre 2018, indique une ingénieure du projet, Mai al-Messad.Un coût de près de 3 milliards d'euros Le projet a nécessité la construction de deux îles artificielles sur l'itinéraire. Le pont vers Subbiya est soutenu par 1500 piliers d'un diamètre atteignant jusqu'à trois mètres et dont la fondation a été creusée pour certains piliers à une profondeur de 72 mètres, «un record mondial» selon Mai al-Messad. Selon elle, l'ouvrage est constitué à 80% par 960 poutres préfabriquées de 40 à 60 mètres chacune. D'un coût de 904 millions de dinars (2,8 milliards d'euros), le pont est construit par un consortium dirigé par le géant sud-coréen Hyundai Engineering and Construction, alors qu'une autre firme sud-coréenne, GS Engineering & Construction, réalise le deuxième tronçon de l'ouvrage. Pour financer ce projet, le Koweït peut compter sur son fonds souverain de 600 milliards de dollars. Sur cette somme, l'État prévoit de consacrer 115 milliards aux investissements prévus dans le cadre de son plan quinquennal de développement. Ce pont est «stratégique» pour la réussite du projet Silk City, une zone de libre-échange située entre l'Asie centrale et l'Europe, explique Ahmad al-Hassan, haut responsable du ministère des Travaux publics. Pour cela, l'émirat ressuscite la mythique route de la soie, ce réseau de voies commerciales Est-Ouest par lesquelles ont transité pendant des siècles de nombreuses marchandises, dont la soie. Lancé en 2015 par le gouvernement, le projet Silk City va nécessiter jusqu'à 95 milliards d'euros d'investissements, selon Ahmad al-Hassan. Prévue sur des milliers de km², la zone de libre-échange doit servir à développer la région inhabitée de Subbiya, mais aussi de plateforme économique pour le nord du Golfe Persique, l'une des régions les plus dynamiques au monde. Selon le projet initial, Silk City pourra accueillir 700.000 habitants dans une ville résidentielle entièrement intégrée à l'horizon 2030. Elle devrait être dominée par une tour de 1001 mètres de haut et comprendre des zones d'implantation d'entreprises dans la région de Subbiya, où une centrale électrique de 5000 mégawatts a déjà été construite.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant